Cet article date de plus de quatre ans.

Pour protéger l'île de Pâques, le Chili décide de limiter son accès aux touristes

Désormais il faudra montrer son billet retour avant de prendre l'avion pour se rendre sur cette île du Pacifique.

Article rédigé par
Édité par Thomas Pontillon - Justine Fontaine
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'île de Paques et ses célèbres statues, en mars 2015.  (GREGORY BOISSY / MAXPPP)

C'est l'un des sites les plus visités au Chili. L'île de Pâques restreint l'accès aux touristes pour protéger son territoire et ses célèbres statues. Désormais les visiteurs devront présenter leurs billets de retour, et leurs réservations d'hôtel, avant d'embarquer dans l'avion. Ils ne pourront plus, non plus, rester plus de 30 jours sur place. 

Plus de 100 000 touristes par an 

La minuscule île compte aujourd'hui moins de 8 000 résidents et reçoit chaque année plus de 100 000 curieux sur ses terres. Ces dernières années, les hôtels se sont multipliés, et Rapa nui, le nom que donnent les habitants à l'île de Paques, croule sous les déchets produits par les touristes. L'île n'est pas suffisamment équipée pour les traiter, et le continent se trouve à plus de 3 500 kilomètres de là.

Pour l'instant, le nombre de touristes n'est pas plafonné, mais les autorités ont durci les conditions pour devenir résident de l'île. Ces mesures interviennent quelques semaines après la création d'une gigantesque aire marine protégée autour de Rapa nui, afin d'éviter la surpêche.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.