Cet article date de plus d'onze ans.

Plusieurs ONG ont demandé mercredi aux gouvernements du G8 de tenir leurs engagements en matière d'aide alimentaire

Outre les aides financières promis cet été par les pays du G8, Daniel Berman, un responsable de Médecins sans frontières s'est inquiété de la défection de plusieurs chefs d'Etats au Sommet mondial sur la sécurité alimentaire de la FAO.Interrogé notamment sur l'absence du président américain Barack Obama, ce responsable a même parlé de "tragédie".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
MSF dénonce une quasi stagnation des aides destinées dans les pays pauvres entre 2000 et 2007.

Outre les aides financières promis cet été par les pays du G8, Daniel Berman, un responsable de Médecins sans frontières s'est inquiété de la défection de plusieurs chefs d'Etats au Sommet mondial sur la sécurité alimentaire de la FAO.

Interrogé notamment sur l'absence du président américain Barack Obama, ce responsable a même parlé de "tragédie".

"Selon nos informations, il semble que les pays du G8 n'enverront pas leur chef d'Etat au sommet", s'est également inquiété le mouvement international d'agriculteurs altermondialistes La Via Campesina dans un communiqué. "Nous sollicitons les gouvernements du G8: prenez vos responsabilités, votre pouvoir économique et politique vous donne une responsabilité majeure sur le sujet !" a ajouté La Via Campesina.

Le responsable de MSF s'est dit par ailleurs préoccupé que "les efforts (du sommet) soient concentrés avant tout sur la promotion de la production agricole, aux dépens des programmes de nutrition". "Négliger la nutrition condamnerait des millions d'enfants à mourir ou à être handicapés à vie", a expliqué M. Berman. "Le PAM (Programme alimentaire mondial) vient d'adopter une nouvelle
politique destinée à améliorer la qualité des aliments distribués, mais il manque cruellement de moyens financiers pour la mettre en oeuvre", s'est inquiété M. Berman.

"Pour le moment, les aliments distribués sont essentiellement à base de céréales, mais ce type de nourriture ne répond pas aux besoins des plus vulnérables, les nourissons et les jeunes enfants", a-t-il

ajouté.

Selon le dernier rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) sur la nutrition maternelle et infantile, environ 200 millions enfants de moins de 5 ans souffrent de retards de croissance à cause de la sous-alimentation. "La nutrition est un problème négligé. Selon un rapport récent de la Banque
mondiale, il faudrait 12 milliards de dollars par an pour remédier au problème de la malnutrition dans les pays les plus touchés, c'est-à-dire plus de 30 fois le montant qui y est consacré actuellement", s'est inquiétée Nathalie Ernoult, co-auteur d'un rapport de MSF.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.