Cet article date de plus de dix ans.

Plus de 100 personnes ont été inculpées après démantèlement d'un réseau international de fraudeurs à la carte bancaire.

Il s'agit du plus gros réseau jamais démantelé aux Etats-Unis. En 16 mois, ce réseau a détourné les données bancaires de milliers d'Américains mais aussi de touristes. Total des pertes : 13 millions de dollars.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (BERTRAND GUAY / AFP)

Il s'agit du plus gros réseau jamais démantelé aux Etats-Unis. En 16 mois, ce réseau a détourné les données bancaires de milliers d'Américains mais aussi de touristes. Total des pertes : 13 millions de dollars.

Cent onze personnes appartenant à ce réseau basé dans le Queens ont été inculpées. Quatre-vingt six d'entre elles sont emprisonnées.

Avec les données bancaires volées, les malfaiteurs fabriquaient de fausses cartes de crédit et de fausses pièces d'identité. Ils s'en servaient ensuite pour payer des billets d'avion, de l'électronique, des bijoux, des sacs à main, ou même des chambres dans des hôtels 5 étoiles, précise l'acte d'accusation.

Le réseau avait des ramifications en Europe, en Asie, en Afrique et au Proche-Orient, a encore précisé le procureur dans un communiqué, ajoutant qu'il avait été démantelé au terme d'une enquête lancée en octobre 2009.

Un système bien rôdé

Chaque branche du réseau était dirigée par un "patron" qui recevait les données bancaires et les cartes bancaires vierges de l'étranger, Russie, Libye, Liban et Chine notamment. Ces "patrons" recevaient aussi, selon l'acte d'accusation, des données obtenues illégalement sur internet, et d'autres de complices travaillant dans des magasins ou des restaurants qui "copiaient" les données des cartes bancaires de certains acheteurs. Les "patrons" envoyaient ensuite ces données à des "fabricants", qui, une fois les cartes terminées, les faisaient parvenir à des "chefs d'équipe" qui les transmettaient à des "acheteurs" répartis dans tous les Etats-Unis, principalement à New York, Miami Beach, dans le Massachusetts et à Los Angeles.

Au total, plusieurs centaines de chefs d'accusation ont été prononcés. "Ce n'était pas des hold-ups, mais l'impact est le même. Les victimes ont été volées", a estimé le chef de la police de New York Ray Kelly, en soulignant que ces vols d'identité et de données bancaires pouvaient faire un nombre considérable de victimes, spécialement avec l'usage d'internet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.