Cet article date de plus de douze ans.

Philippines: l'otage italien retrouve la liberté

Un employé de la Croix-Rouge détenu depuis presque six mois par un groupe islamiste a été libéré samedi
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un employé de la Croix-Rouge détenu depuis presque six mois par un groupe islamiste a été libéré samediUn employé de la Croix-Rouge détenu depuis presque six mois par un groupe islamiste a été libéré samedi

Indiquant qu'aucune action militaire n'avait été entreprise pour libérer l'otage, le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini a exprimé sa grande satisfaction dans un communiqué.

Il a également fait part de sa "gratitude aux autorités philippines" pour leur engagement.

M. Frattini n'a pas oublié de saluer le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ainsi que la Croix-Rouge italienne pour leur intervention en faveur de la libération de l'otage. "Cette libération représente une joie immense, nous nous préparons à une grande fête. Je suis vraiment ému et toute la Croix-Rouge italienne exulte", a réagi le chef de l'organisation humanitaire Francesco Rocca.

Vivant mais exténué

Eugenio Vagni, 62 ans, avait été enlevé avec deux autres employés du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) le15 janvier sur l'île de Jolo, dans le sud des Philippines alors qu'ils visitaient une prison. Ses deux compagnons, une Philippine et un Suisse, avaient déjà été libérés. "Eugenio a téléphoné ce matin à sa femme. Il est vivant mais il a indiqué être épuisé. Le dernier contact direct avec sa famille remontait au 2 juin", avaient expliqué les deux frères de l'otage, se déclarant "fortement préoccupés par sa situation.

Les rebelles islamistes du groupe Abou Sayyaf, qui retenaient l'Italien en otage, se sont spécialisés dans les enlèvements d'étrangers et de chrétiens avec demande de rançon. Les autorités accusent le groupe de liens avec Al-Qaïda.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.