Pays-Bas : le journaliste blessé par balles à Amsterdam est mort

L'homme de 64 ans était entre la vie et la mort à l'hôpital où il avait été évacué, après avoir été touché par balles, dont une dans la tête.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le journaliste Peter R. de Vries, à Amsterdam (Pays-Bas), le 15 février 2019. (BAS CZERWINSKI / ANP / AFP)

Le journaliste néerlandais spécialisé dans les affaires criminelles Peter R. De Vries, grièvement blessé par balles le 6 juillet à Amsterdam, est mort des suites de ses blessures, jeudi 15 juillet, selon un communiqué de sa famille (en néerlandais) publié par le média néerlandais RTL. "Peter s'est battu jusqu'au bout, mais n'a pas pu gagner la bataille", ont déclaré les proches du journaliste, qui avait 64 ans.

Le journaliste se trouvait depuis l'attaque entre la vie et la mort à l'hôpital, où il avait été évacué après avoir été touché par balles, dont une dans la tête, dans une rue du centre-ville d'Amsterdam, alors qu'il faisait encore jour. Il venait de quitter un studio de télévision après un talk-show dans lequel il était intervenu en tant qu'invité.

Le journaliste et présentateur de télévision était une personnalité connue aux Pays-Bas pour son rôle dans plusieurs affaires criminelles. Il apparaissait régulièrement en tant que porte-parole de victimes ou dans le cercle proche de témoins clés.

Détention provisoire des deux suspects

Deux suspects ont brièvement comparu vendredi devant la justice néerlandaise. Le juge d'instruction a prolongé de deux semaines la détention provisoire de ces deux hommes, identifiés par les médias nationaux comme étant Kamil E., un ressortissant polonais de 35 ans résidant à Maurik, et Delano G., un habitant de Rotterdam âgé de 21 ans.

L'attaque a suscité de nombreuses réactions de journalistes et de personnalités politiques, y compris au-delà des frontières des Pays-Bas.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pays-Bas

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.