Pays-Bas : le parti du Premier ministre libéral Rutte en tête des législatives

Favori de l'élection, le Premier ministre Mark Rutte est en tête, selon les sondages sortis des urnes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, le 17 mars 2021 à Ouderkerk aan de Amstel (Pays-Bas). (BART MAAT / ANP MAG / AFP)

Le parti libéral du Premier ministre néerlandais sortant Mark Rutte est arrivé en tête des élections législatives dominées par la pandémie de Covid-19 mercredi 17 mars, selon des sondages réalisés à la sortie des urnes. Ce résultat devrait lui permettre de diriger sa quatrième coalition gouvernementale. "Je note que le résultat de cette élection est que les électeurs des Pays-Bas ont donné à mon parti un vote de confiance massif", a déclaré Mark Rutte à des journalistes dans le parlement à La Haye.

A 21h45 mercredi, ces sondages créditaient les libéraux de 36 sièges sur les 150 de la chambre basse du parlement, contre 33 dans l'assemblée sortante, et attribuaient 27 sièges à D66 (centre gauche) et 17 au Parti pour la liberté PVV du député anti-islam Geert Wilders, avec lequel les principales formations ont d'ores et déjà exclu de former une coalition.

Le Premier ministre "Téflon"

Ces législatives avaient été aménagées à cause du Covid-19, notamment en se déroulant sur trois jours, et elles étaient considérées comme un test de la gestion de l'épidémie par le gouvernement actuel. Les urnes se trouvaient dans des endroits inhabituels tels que le musée Van Gogh à Amsterdam, des hôtels, des gares, des églises et des centres de tests aux quatre coins des Pays-Bas, où l'on pouvait parfois voter à vélo ou en voiture

Surnommé le Premier ministre "Téflon" pour sa capacité à sortir indemne des crises politiques, Mark Rutte a pourtant été contraint de démissionner en janvier après que des milliers de parents ont été accusés à tort de fraude aux allocations familiales. Son gouvernement est toutefois resté en place pour s'occuper des affaires courantes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.