Comment le suicide de Slobodan Praljak a-t-il été possible ?

Valéry Lerouge est en duplex depuis La Haye. Il revient sur les circonstances qui ont permis au chef de guerre croate d'avaler une fiole de poison en plein procès.  

FRANCE 2

Mercredi 29 novembre, en pleine audience du tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, le chef de guerre croate Slobodan Praljak a avalé le contenu d'une petite fiole. Et est mort quelques instants plus tard. Un suicide qui a surpris à La Haye (Pays-Bas). "Cela a été la stupeur totale dans la salle d'audience, après une minute d'incompréhension, le juge a suspendu l'audience et a fait tirer le rideau qui sépare la galerie du public et la Cour", raconte Valéry Lerouge, en duplex depuis La Haye.

Pas de détection

"Ce soir, ce suicide pose plusieurs questions d'abord sur la nature du poison, puis sur comment Praljak l'a-t-il introduit dans la salle". Selon un avocat, précise le journaliste, rien n'est plus simple puisque seul le métal est détecté lors des contrôles à l'entrée du tribunal. "Des questions sur des complicités éventuelles" persistent aussi, ajoute Valéry Le Rouge. Le TPI pour l'ex-Yougoslavie a été critiqué à plusieurs reprises et se serait bien passé d'une nouvelle tragédie, puisque c'était le dernier jugement qu'il rendait, avant de fermer ses portes définitivement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture d\'écran de la vidéo sur laquelle on voit le Croate de Bosnie Slobodan Praljak avaler un poison, dans la salle d\'audience du Tribunal pour l\'ex-Yougoslavie à La Haye (Pays-Bas), le 29 novembre 2017.
Capture d'écran de la vidéo sur laquelle on voit le Croate de Bosnie Slobodan Praljak avaler un poison, dans la salle d'audience du Tribunal pour l'ex-Yougoslavie à La Haye (Pays-Bas), le 29 novembre 2017. (INTERNATIONAL CRIMINAL TRIBUNAL)