Le vainqueur de l'«Arab Idol» redonne voix aux palestiniens

Le vainqueur du concours de chant panarabe «Arab Idol», Mohammed Assaf, un Palestinien de Gaza, a chanté devant 40.000 spectateurs enthousiastes à Ramallah, en Cisjordanie. Après Ramallah, il doit se produire à Bethléem, Hébron et Naplouse.

Concert de Mohammed Assaf à Ramallah, le 2 juillet 2013.
Concert de Mohammed Assaf à Ramallah, le 2 juillet 2013. (AFP/ Issam Rimawi)
La foule s'est pressée sur une place près du mausolée du président palestinien Yasser Arafat. Mohammed assaf a été accueilli par d'immenses acclamations lors de son entrée sur scène. «Je suis très heureux d'être parmi vous et avec l'aide de Dieu, je vous ai fait honneur», a-t-il déclaré avant de commencer son concert, à la demande du public, par son interprétation d'une célèbre chanson patriotique palestinienne Alli al Kouffia (Brandis le keffieh) évoquant Arafat.

L'ONG israélienne Gisha, qui milite pour la liberté de mouvement des Palestiniens, a souligné que la venue du chanteur était «exceptionnelle, non seulement parce que les Palestiniens considèrent Assaf comme un héros national, mais aussi parce qu'elle se démarque de la politique d'Israël consistant à bloquer l'accès entre gaza et la Cisjordanie». Si Assaf n'était pas une superstar, il aurait peu de chances de poser le pied en Cisjordanie.

Voix exceptionnelle, Mohammed Assaf, âgé de 23 ans, vit à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza. Sa victoire à Beyrouth dans l'édition 2013 d'«Arab Idol» avait déclenché des scènes de liesse dans les Territoires palestiniens. Dès son retour dans la bande de Gaza, dirigée par le Hamas, Assaf avait appelé à «la fin de la division» avec la Cisjordanie et à «l'unité» entre palestiniens.