Cet article date de plus de sept ans.

Près de 40 baleines-pilotes échouent et meurent sur une plage de Nouvelle-Zélande

Les rangers néo-zélandais n'ont pas réussi à les empêcher d'atteindre le sable.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une baleine-pilote, ou globicéphale. (CULTURA CREATIVE / AFP)

Cela ressemble à un suicide collectif. Un groupe de 39 baleines-pilotes a trouvé la mort sur une plage de Nouvelle-Zélande où elles s'étaient échouées volontairement, rapportent, lundi 6 janvier, des responsables locaux. Elles avaient été repérées au moment de leur approche vers la plage de Golden Bay, dans le sud du pays, mais les rangers néo-zélandais n'ont pas été en mesure de les empêcher de s'échouer.

Douze de ces baleines sont mortes naturellement et les autres ont été abattues faute de pouvoir être remises à l'eau, selon le responsable des services de l'environnement de Golden Bay, John Mason.

Suicide ou accident ?

Ces baleines, appelées aussi globicéphales, sont coutumières de ce genre d'échouage volontaire. Mais les scientifiques ne s'expliquent pas s'il s'agit clairement de suicides ou d'accidents. Ce comportement, qui semble suicidaire, a déjà été observé à de nombreuses reprises chez ce grand cétacé à dents qui ressemble à un dauphin géant de huit mètres de long. Lorsque les sauveteurs tentent de repousser les baleines vers l'océan, elles résistent et tentent de regagner le littoral.

Selon différentes études, il s'agirait d'une réaction au stress, d'une perte d'orientation ou bien d'un comportement social qui pousserait le groupe à suivre un animal malade jusqu'au littoral, au risque d'y perdre la vie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.