Naufrage en Corée : tout l'équipage est maintenant détenu

Les quatre membres de l'équipage qui n'avaient pas encore été placés en détention ont été arrêtés samedi tard dans la soirée (heure locale).

Une photo du ferry sud-coréen après son naufrage, le 16 avril 2014.
Une photo du ferry sud-coréen après son naufrage, le 16 avril 2014. (SOUTH KOREA COAST GUARD / AFP)

Tout l'équipage du ferry sud-coréen qui a fait naufrage est maintenant sous les verrous, samedi 26 avril 2014. Les quatre membres de l'équipage qui n'avaient pas encore été placés en détention ont été arrêtés samedi tard dans la soirée (heure locale), a indiqué le ministère public.

Le capitaine du Sewol, Lee Joon-seok, ainsi que dix autres membres d'équipage, avaient déjà été arrêtés pour différents chefs d'accusation, notamment négligence et abandon de passagers. L'attitude de l'équipage du ferry a été sévèrement critiquée, en particulier par la présidente sud-coréenne pour qui "les actes du capitaine et de certains membres de l'équipage sont totalement incompréhensibles, inacceptables et équivalents à un meurtre".

Mauvaises conditions météo

Un navire de l'US Navy est arrivé samedi sur le lieu du drame. Mais les recherches pour retrouver les corps qui pourraient encore être prisonniers de l'épave ont dû être abandonnées samedi, en raison d'une météo capricieuse. Un porte-parole des garde-côtes a expliqué aux journalistes qu'il est prévu "pour le week-end des vents forts et de la pluie dans la zone de Jindo".

Le nombre de personnes déclarées mortes s'élevait samedi à 187, selon le bilan officiel. Mais 115 restent portées disparues, coincées dans l'épave du Sewol, qui a sombré le 16 avril au matin avec 476 personnes à bord, dont 352 lycéens en voyage scolaire. Alors qu'il ne subsiste aucun espoir de retrouver des rescapés, les proches des victimes, rassemblées sur Jindo, l'île voisine du site de la catastrophe, expriment colère et frustration sur la lenteur des opérations de récupération des corps. Ces derniers jours pourtant, une météo favorable a aidé le travail des plongeurs, mais les conditions à l'intérieur du ferry sont très dures, avec une visibilité quasi-nulle.