Cet article date de plus de huit ans.

Obama-Castro, poignée de main historique

L'historique poignée de mains entre Barack Obama et Raul Castro, la première publique entre deux présidents américain et cubain depuis un demi-siècle, pourrait marquer un nouveau pas vers un éventuel réchauffement entre les deux pays. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'est Barack Obama qui s'est avancé vers Raul Castro dans le stade de Soweto pour lui serrer la main. Un geste fort : c'est la première poignée de mains publique entre présidents des deux pays depuis l'avènement de la Révolution à Cuba en 1959. A New York en 2000, lors du Sommet du Millénaire, Fidel Castro et Bill Clinton s'étaient bien salués, mais sans se serrer la main.

Les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques officielles en 1961 et entretiennent depuis une longue histoire d'hostilité mutuelle. Washington impose depuis 1962 à La Havane un sévère embargo commercial et financier qui a été renforcé au fil des ans.

Par ailleurs, Cuba est inscrit sur la liste des pays soutenant le terrorisme établie chaque année par le département d'Etat américain, aux côtés du Soudan, de l'Iran et de la Syrie.

Des contacts secrets depuis plusieurs semaines

Le geste n'est donc pas anodin. Il l'est d'autant moins que depuis son arrivée au pouvoir, Barack Obama s'est efforcé de procéder à un réchauffement des relations. Il y a tout juste un mois, le président des Etats-Unis, en visite devant la communauté cubaine de Miami, très anticastriste, déclarait que la politique des Etats-Unis vis-à-vis de Cuba devait changer. 

Et pour Janette Habel, spécialiste de Cuba, il y a des contacts secrets entre les Washington et La Havane depuis quelques semaines. "Il y a un canal de discussion secret qui est en cours. Il y a de nombreux contacts, ce n'est pas la première fois, mais cette fois-ci ils sont plus avancés que par le passé, sans pour autant qu'ils se soient concrétisés ", explique-t-elle. 

Les voyages à Cuba facilités

"Obama avait déjà fait quelques gestes significatifs mais pas très importants. Cette fois-ci, ce qu'il a dit à Miami c'est que tout cela c'était de l'histoire ancienne, que lui-même était à peine né quand le conflit s'est cristallisé entre Washington et La Havane ", poursuit Janette Habel. 

Autrement symbolique, depuis quelques temps, les voyages à Cuba des Américano-Cubains sont facilités, et surtout les envois d'argent à Cuba ont été libérés, faisant de ce poste d'entrée de devises le deuxième de Cuba, avec quelque 2,5 milliards de dollars par an. 

Une grande signification pour les dirigeants latino-américains

"En Amérique latine, les dirigeants ont donné beaucoup d'importance et une grande signification à ce geste, et cela fait longtemps qu'ils réclament, à commencer par la Président brésilienne, la fin des sanctions contre le gouvernement cubain ", explique également Janette Habel. 

"C'est extraordinairement symbolique, et il ne faut pas perdre cette opportunité, maintenant, le prochain pas, c'est de commencer à discuter ", a estime quant à lui le politologue cubain Esteban Morales, en ajoutant: "Ce qui s'est passé est la marque que les deux pays sont prêts à négocier ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.