Attentat de Christchurch : Brenton Tarrant, le suspect inculpé pour meurtre, n'a pas demandé de libération sous caution et reste en prison

Brenton Tarrant a comparu samedi devant un tribunal de la ville où il a été inculpé pour meurtre.

Des gerbes de fleurs déposée devant une mosquée à Kilbirnie (Nouvelle-Zélande), le 15 mars 2019.
Des gerbes de fleurs déposée devant une mosquée à Kilbirnie (Nouvelle-Zélande), le 15 mars 2019. (MARTY MELVILLE / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le suspect dans les attentats contre deux mosquées du centre-ville de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui a fait 49 morts, est un Australien de 28 ans, Brenton Tarrant, qui a comparu samedi 16 mars devant un tribunal de la ville où il a été inculpé pour meurtre. Portant des menottes et une chemise blanche réservée aux détenus, l'ancien instructeur de fitness et militant d'extrême droite déclaré a écouté impassible le chef d'inculpation porté à son encontre. Il n'a pas demandé à bénéficier d'une libération sous caution et restera en prison jusqu'à sa prochaine comparution devant le tribunal, prévue le 5 avril. Suivez la situation sur franceinfo.fr.

Trois arrestations. Il s'agit de trois hommes. Ils n'étaient inscrits sur aucun fichier de surveillance, selon la police. L'un d'eux, âgé d'une trentaine d'années, a été inculpé pour "meurtres". Il comparaîtra samedi devant le tribunal de Christchurch. Le Premier ministre australien a annoncé qu'un individu était identifié comme étant un citoyen australien, "terroriste d'extrême droite et violent". Des engins explosifs ont également été retrouvés dans les véhicules des suspects. La police dit ne pas rechercher d'autres suspects.

Une ville en état de siège. La Nouvelle-Zélande relève à "élever" son niveau d'alerte à la sécurité. En ce jour de prière, la police demande aux musulmans d'éviter les mosquées partout en Nouvelle-Zélande. La municipalité de Christchurch, une ville de 340 000 habitants, a ouvert une ligne téléphonique d'urgence pour les parents inquiets du sort de leurs enfants qui participaient à une marche contre le changement climatique non loin de là. Des bâtiments publics, comme la bibliothèque centrale, sont aussi fermés. 

Des "actes de violence sans précédent". La Nouvelle-Zélande connaît l'une de ses journées "les plus sombres" après ces attentats "sans précédent", estime la Première ministre. Par ailleurs, Jacinda Ardern appelle à ne pas "partager ou propager ce message de haine" en diffusant les images filmées par un tireur. Les autorités travaillent actuellement à les retirer des réseaux sociaux où elles ont été publiées et partagées. "Il faudra du temps pour guérir et ce soir, nos pensées et nos prières doivent être avec les personnes affectées", a ajouté Jacinda Ardern.

La France réagit. Dans un tweet, Emmanuel Macron condamne "des crimes odieux" et souligne que "la France se dresse contre toute forme d'extrémisme". Par ailleurs, Christophe Castaner demande aux préfets de "renforcer la surveillance des lieux de culte, par précaution". "Des patrouilles seront assurées à proximité des espaces confessionnels", explique le ministre de l'Intérieur. Il a également affirmé que le suspect de l'attaque n'est "pas connu" en France. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NOUVELLE_ZELANDE

00h16 : Il est minuit et des poussières, que faut-il retenir de l'actualité ?

• Le principal suspect dans le double attentat qui a fait au moins 49 morts à Christchurch a été formellement identifié : il s'agit de Brenton Tarrant, un Australien de 28 ans. Il a étéinculpé pour meurtres. Ilrestera en prison jusqu'à sa prochaine comparution devant le tribunal, prévue le 5 avril.

• La mobilisation ne faiblit pas pour le 4e vendredi consécutif de manifestations. Des centaines de milliers de personnes ont manifestéd ans les rues d'Alger et les autres grandes villes du pays pour réclamer le départ du président Abdelaziz Bouteflika et de son entourage. Retrouvez les slogans les plus marquants dans notre diaporama.

#CLIMAT "Faîtes fondre mon cœur, pas la banquise."Les jeunes du monde entier ont manifesté pour dénoncer l'inaction des politiques face au réchauffement climatique. Ils étaient entre 29 000 et 40 000 à battre le pavé à Paris.

• Cinq enfants de jihadistes français partis en Syrie ont été rapatriés sur le sol français. Ils ont entre un et 5 ans. Il s'agit de trois frères orphelins et de deux petites filles. Nous détaillons dans cet article ce que nous savons de ces enfants.

00h02 : Des personnes rendent hommage aux victimes des attentats en déposant des fleurs au jardin botanique de Christchurch.





(TESSA BURROWS / AFP)

23h52 : Selon le quotidien néo-zélandais The New Zealand Herald, Brenton Tarrant a fait, avec les doigts de sa main droite, un geste suprémaciste blanc. Le journal publie une photo.

23h45 : Menotté et habillé d'une chemise blanche réservée aux détenus, Brenton Tarrant a écouté en silence et de façon impassible le chef d'inculpation porté à son encontre.

23h42 : Brenton Tarrant a été inculpé pour meurtres. Il n'a pas demandé à bénéficier d'une libération sous caution et restera en prison jusqu'à sa prochaine comparution devant le tribunal, prévue le 5 avril.

23h32 : Cette annonce ne fait que confirmer ce qui avait été découvert en ligne. Une vidéo des attaques, des photos de munitions et un manifeste revendiquant l'attentat ont été publiés sur les réseaux sociaux, par des comptes portant le nom de Brenton Tarrant, comme nous l'expliquons dans cet article.

23h30 : L'Australien qui a été arrêté après les attentats à Christchurch est identifié comme étant Brenton Tarrant, un homme âgé de 28 ans.

22h19 : La ministre néo-zélandaise relève que les trois personnes interpellées n'ont pas d’antécédents avec la justice, en Nouvelle-Zélande ou en Australie. "Ils n'étaient pas fichés ici ou en Australie", ajoute-t-elle.

22h20 : Jacinda Ardern, la ministre néo-zélandaise, annonce qu'au moins 40 personnes ont été blessées lors des attentats qui ont visé deux mosquées et que deux d'entre elles sont dans un état critique.

22h00 : La Première ministre néo-zélandaise souligne que trois personnes ont été arrêtées au total. L'une de ces personnes est un Australien. Accusé de meurtre, il doit comparaître dans la journée de samedi.

21h39 : La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern annonce que le tireur avait un permis de port d'arme.

21h34 : En août 2017, lors des violences à Charlottesville entre suprémacistes blancs et militants antiracistes qui avaient fait un mort, Donald Trump avait été vivement critiqué pour son discours ambivalent. Une femme avait été renversée volontairement par un sympathisant néonazi qui avait lancé son véhicule dans la foule. Le président américain avait d'abord estimé qu'il y avait des "torts des deux côtés". Puis, sous la pression (y compris de son propre camp), il avait dénoncé un "racisme inacceptable".

21h30 : Donald Trump estime que l'idéologie de la suprématie blanche, dont se revendique l'auteur des attentats de Christchurch, n'est pas une menace répandue.

20h44 : "Je viens de parler avec (...) la Première ministre néo-zélandaise concernant les événements horribles de ces dernières 24 heures, écrit Donald Trump sur Twitter. Je lui ai fait part de notre solidarité avec la Nouvelle-Zélande et lui ai indiqué que les Etats-Unis étaient prêts à fournir toute l'aide nécessaire."

20h15 : Il est 20 heures, voici les principaux titres :

• Au moins 49 personnes ont été assassinées dans une double attaque terroriste visant deux mosquées de Christchurch. D'après le Premier ministre australien, l'auteur "terroriste d'extrême droite violent" est de nationalité australienne. Il doit comparaître samedi devant la justice. Suivez la situation dans notre direct.

• Une marée humaine.Des centaines de milliers de personnes manifestent dans les rues d'Alger et des autres grandes villes du pays pour réclamer le départ du président Abdelaziz Bouteflika. C'est la quatrième semaine de mobilisation en Algérie. Suivez les manifestations dans notre direct et retrouvez les slogans et pancartes les plus marquants dans notre diaporama.

#CLIMAT "Faîtes fondre mon cœur, pas la banquise."Les jeunes du monde entier ont manifesté pour dénoncer l'inaction des politiques face au réchauffement climatique. Ils étaient entre 29 000 et 40 000 à battre le pavé à Paris.

• Ils "font l'objet d'un suivi médical et psychologique particulier". La France a rapatrié aujourd'hui de Syrie cinq enfants de jihadistes. Il s'agit de mineurs orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est du pays, annonce le ministère des Affaires étrangères.

19h18 : "La Nouvelle-Zélande n'a pas été ciblée parce que nous tolérons le racisme ou l'extrémisme, mais parce que nous représentons tout le contraire de ces idées."

"Nous sommes un pays fondé sur l'immigration. En Nouvelle-Zélande, il y a plus de 200 origines, 160 langues parlées partout dans le pays", a rappelé sur franceinfo l'ambassadrice de Nouvelle-Zélande en France.

18h53 : Le procureur général bulgare précise que l'auteur des attentats a séjourné en Bulgarie "du 9 au 15 novembre 2018". L'enquête a été ouverte pour déterminer si "sa version, selon laquelle il souhaitait découvrir des sites historiques et étudier l'histoire des pays balkaniques, est correcte ou s'il avait d'autres objectifs".

18h51 : Les autorités bulgares annoncent enquêter sur les motifs d'un séjour effectué en Bulgarie, en novembre 2018, par l'auteur des attentats dans deux mosquées.

18h07 : 18 heures ! Quels sont les gros titres de cette journée (chargée) d'actualités ?

Au moins 49 personnes ont été assassinées dans une double attaque terroriste visant deux mosquées de Christchurch. D'après le Premier ministre australien, l'auteur "terroriste d'extrême droite violent" est de nationalité australienne. Il aurait voyagé en France, mais n'est pas "connu" par les autorités françaises. Suivez l'enquête en direct.

Des centaines de milliers de personnes manifestent dans les rues d'Alger et des autres grosses villes du pays pour réclamer le départ du président Abdelaziz Bouteflika. C'est la quatrième semaine de mobilisation en Algérie. Suivez la manifestation en direct.


Les jeunes du monde entier manifestent pour dénoncer l'inaction des politiques face au réchauffement climatique. Ils étaient entre 29 000 et 40 000 à battre le pavé à Paris.

La France a rapatrié aujourd'hui de Syrie plusieurs enfants de jihadistes. Il s'agit de plusieurs mineurs orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est du pays, annonce le ministère des Affaires étrangères.


Les députés britanniques se sont massivement prononcés en faveur d'un report du Brexit et doivent voter une troisième fois l'accord négocié par Theresa May. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, encourage les dirigeants européens à accorder un délai plus long à Londres. Voici les scénarios.

17h59 : L'attaque terroriste qui a fait 49 morts dans deux mosquées de Christchurch a été diffusée en direct sur les réseaux sociaux pendant dix-sept minutes, avant que Facebook ne supprime les comptes de l'auteur, après avoir été alerté par la police. Comme Facebook, Twitter et YouTube affirment avoir pris des mesures pour retirer les copies de ces vidéos.

16h52 : "Les groupes d'extrême droite sont quelquefois aussi présents en France."

"Ils sont connus, identifiés, et je vous rappelle que ces dernières années, trois réseaux terroristes liés à l'ultradroite ont été neutralisés dans notre pays", a ajouté le ministre de l'Intérieur.

16h47 : Dans ce document, l'auteur du manifeste affirme que la défaite de Marine Le Pen à la présidentielle française de 2017 a été un moment-clé de son parcours. Il rejette toutefois tout soutien au Rassemblement national, qu'il ne trouve pas assez radical.

16h44 : Dans cet article, nous vous résumons ce que l'on sait de ce manifeste revendiquant les attentats, qui a été posté par ces fameux comptes sur les réseaux sociaux. L'ensemble du document lie son auteur au suprémacisme blanc, une idéologie raciste qui considère la population blanche comme supérieure aux autres humains.

16h41 : Officiellement, l'auteur de l'attaque terroriste n'a toujours pas été identifié. Seule source officielle : le Premier ministre australien Scott Morrison, qui a indiqué qu'il s'agissait d'un ressortissant australien, décrit comme un "violent terroriste d'extrême droite". Mais sur les réseaux sociaux, plusieurs comptes, attribués à Brenton Tarrant, ont diffusé des images de l'attaque en direct ainsi que des photos des fusils d'assaut utilisés.

16h36 : Le suspect, un Australien de 28 ans, a été identifié sur les réseaux sociaux sous le nom de Brenton Tarrant. Sur ces comptes, un document qui prend la forme d'un manifeste été publié. Dans ce texte, où il se définit comme "raciste" et "ethno-nationaliste", il fait de multiples références à la France où il dit avoir effectué un voyage en 2017. C'est à cette dernière information que Christophe Castaner réagit.

16h22 : "L'auteur identifié par les services néo-zélandais n'est pas connu en France", a affirmé Christophe Castaner.

15h37 : Michelle and I send our condolences to the people of New Zealand. We grieve with you and the Muslim community. All of us must stand against hatred in all its forms.

15h35 : "Michelle et moi envoyons nos condoléances au peuple néo-zélandais".

Barack Obama a réagi à son tour à l'attaque terroriste qui a fait au moins 49 morts dans deux mosquées de Christchurch. "Nous pleurons avec vous et la communauté musulmane", a tweeté l'ancien président américain.

14h43 : Quels sont les contenus les plus consultés en ce moment sur franceinfo.fr ?

• Notre direct sur le double attentat contre des mosquées à Christchurch.

• Notre article sur les enfants de jihadistes rapatriés aujourd'hui de Syrie.

• Cette vidéo de Claude Lelouch qui raconte comment il a traversé Paris à 200km/h.


14h14 : 14 heures (passées) ! Faisons un point sur l'actualité :

Des attentats ont été perpétrés contre deux mosquées de Christchurch, faisant au moins 49 morts. D'après le Premier ministre australien, l'auteur est un citoyen australien décrit comme un "terroriste d'extrême droite violent". Suivez l'enquête en direct.

La France a rapatrié aujourd'hui de Syrie plusieurs enfants de jihadistes. Il s'agit de plusieurs mineurs orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est du pays, annonce le ministère des Affaires étrangères.


Les jeunes du monde entier manifestent en ce moment pour le climat dans le but de dénoncer l'inaction des politiques face au réchauffement climatique.

Des milliers de personnes sont rassemblées sur le parvis de la Grande Poste à Alger, pour demander le départ du président Abdelaziz Bouteflika. C'est la quatrième semaine de mobilisation en Algérie.


Les députés britanniques se sont massivement prononcés en faveur d'un report du Brexit et doivent voter une troisième fois l'accord négocié par Theresa May. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, encourage les dirigeants européens à accorder un délai plus long à Londres. Voici les scénarios.

13h12 : "Mes plus sincères condoléances et mes meilleures pensées vont au peuple de Nouvelle-Zélande après l'horrible massacre dans des mosquées."

A son tour, Donald Trump a réagi au double attentat qui a fait 49 morts parmi les fidèles de deux mosquées de Christchurch. "49 personnes sont mortes de manière si insensée, avec tant d'autres gravement blessées", a-t-il écrit sur Twitter.

13h05 : De son côté, le pape François s'est dit "très attristé" par ces "actes de violence insensés contre deux mosquées à Christchurch" et a exprimé sa "solidarité" à "tous les Néo-Zélandais, et en particulier à la communauté musulmane".

12h45 : "Le Prince Philip et moi-même envoyons nos condoléances aux familles et aux amis des personnes qui ont perdu la vie".


Dans un communiqué, la reine Elizabeth II s'est dite "profondément attristée par l'attaque effroyable" commise contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande, dont elle est la monarque. "En ce moment tragique, mes pensées et mes prières vont à tous les Néo-Zélandais", a-t-elle ajouté.

12h46 : Faisons un point sur les informations dont nous disposons au sujet de cette attaque terroriste :

• Au moins 49 personnes sont mortes et vingt autres ont été grièvement blessées dans des attaques visant deux mosquées bondées dans la ville de Christchurch, selon un bilan communiqué par les autorités à 9h30.

• Des témoins ont déclaré que des fidèles avaient été ciblés à bout portant. L'un d'entre eux a déclaré avoir vu des enfants être abattus.

• Deux engins explosifs improvisés (IED) ont été retrouvés et désamorcés par les autorités.

• L'auteur de l'une des attaques est un ressortissant australien, a annoncé le Premier ministre australien, Scott Morrison, qui l'a décrit comme "un terroriste d'extrême droite violent". Le nombre exact de tireurs n'est pas encore connu.


• Trois hommes et une femme ont été interpellés. Un homme a été inculpé pour meurtres et deux autres sont en garde à vue sans que l'on sache ce qui leur est reproché.

12h18 : Des habitations ont été évacuées dans la ville de Dunedin, à 360 kilomètres au sud de Christchurch, dans le cadre de l'opération antiterroriste, explique la police néo-zélandaise citée par l'agence AP (en anglais). Nous ne savons pas à ce stade quel est le lien entre ces évacuations et les attentats qui ont visé deux mosquées.

12h46 : Sur Twitter, la maire de Paris annonce que la tour Eiffel sera éteinte ce soir en hommage aux 49 morts, assassinés lors d'une double attaque terroriste visant des mosquées à Christchurch.

12h47 : Voici les principaux titres d'actualité à midi.

Des attentats ont été perpétrés contre deux mosquées de Christchurch, faisant au moins 49 morts. La Nouvelle-Zélande relève son niveau d'alerte à la sécurité à "élevé". Voici ce que l'on sait.

Les jeunes du monde entier commencent à marcher pour le climat pour dénoncer l'inaction des politiques face au réchauffement climatique.

Des milliers de personnes sont rassemblées sur le parvis de la Grande Poste à Alger, pour demander le départ du président Abdelaziz Bouteflika. C'est la 4e semaine de mobilisation en Algérie.


Les députés britanniques se sont massivement prononcés en faveur d'un report du Brexit et doivent voter une troisième fois l'accord négocié par Theresa May. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, encourage les dirigeants européens à accorder un délai plus long à Londres. Voici les scénarios.

11h52 : Une victime de l'un des attentats dans une mosquée de Christchurch raconte à un média local (anglais) avoir fait semblant d'être morte après avoir reçu une balle à la jambe.

10h38 : Dans cet article, on fait le point sur ce que l'on sait des attentats contre deux mosquées à Christchurch.

10h26 : Le président de la République condamne à son tour les attentats de Christchurch.

10h15 : La Première ministre britannique adresse ses condoléances aux Néo-Zélandais après les attentats contre deux mosquées.

10h08 : Après les attentats en Nouvelle-Zélande, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner annonce sur Twitter le renforcement de la surveillance des lieux de culte.