Cet article date de plus de douze ans.

Nouvelle audience pour un condamné à mort

Troy Davis, dans le couloir de la mort depuis 18 ans, a obtenu lundi la tenue d'une nouvelle audience sur son cas
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Troy Davis, un Américain condamné à mort en 1989 pour un meurtre qu'il nie. (© AFP)
Troy Davis, dans le couloir de la mort depuis 18 ans, a obtenu lundi la tenue d'une nouvelle audience sur son casTroy Davis, dans le couloir de la mort depuis 18 ans, a obtenu lundi la tenue d'une nouvelle audience sur son cas

La Cour suprême a accepté son recours. Un tribunal fédéral de Géorgie devra examiner les témoignages et les preuves susceptibles de conclure à son innocence.

Agé de 40 ans, Troy Davis a été condamné à mort pour le meurtre d'un policier blanc, Mark Allen MacPhail, en 1989 à Savannah (Géorgie). Il a toujours clamé son innocence.

Lors du procès, neuf témoins ont déposé contre lui dont sept se sont depuis dédits, affirmant avoir à l'époque fait l'objet de pressions de la part des policiers.

L'arme du crime n'a jamais été retrouvée. Aucune trace d'ADN ni empreinte digitale n'a jamais pu le compromettre. Un témoin à charge dans son procès se serait même depuis vanté d'avoir tiré ce soir-là.

Le recours de Troy Davis déposé en mai 2009 devant la Cour suprême, était le dernier possible. Il était accompagné d'un document signé par 27 éminents juristes plaidant pour que la plus haute juridiction du pays demande à un tribunal fédéral d'examiner la possibilité d'organiser un nouveau procès.

Des personnalités comme l'ancien président américain Jimmy Carter, le prix Nobel de la Paix sud-africain Desmond Tutu ou l'actrice Susan Sarandon font partie de son comité de soutien.

Il est extrêmement rare que la Cour suprême des Etats-Unis prenne des décisions de cet ordre pendant l'été, période où elle suspend ses activités.

Deux juges conservateurs de la Cour ont rédigé une opinion séparée exprimant leur désaccord avec la décision prise par leurs pairs. C'est un juge de tendance progressiste, John Paul Stevens, 89 ans, qui a rédigé la décision en faveur du condamné à mort noir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.