Norvège : 20 000 euros de dons collectés pour ériger une statue en l'honneur du morse Freya

L'animal, issu d'une espèce protégée, s'était établi dans le fjord d'Oslo, notamment dans les installations portuaires. Il a été abattu il y a quelques jours par les autorités afin de protéger les passants. Une décision qui a fait des vagues dans le pays. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le morse Freya dans le fjord d'Oslo (Norvège), le 20 juillet 2022.  (TROND REIDAR TEIGEN / NTB / AFP)

Il est devenu un symbole. Une collecte de dons a permis de recueillir, mercredi 17 août, plus de 20 000 euros pour ériger une statue en l'honneur du morse Freya, devenu une vedette du fjord d'Oslo cet été, mais abattu par les autorités au nom de la protection des passants le 14 août. Une campagne de dons en ligne avait été lancée afin de réunir 200 000 couronnes (20 300 euros) en vue d'ériger une statue à l'effigie du mammifère. Mercredi en milieu de journée, cet objectif a été dépassé avec plus de 206 000 couronnes recueillies.

La décision de tuer la jeune femelle de 600 kilos, issue d'une espèce protégée, a fait des vagues en Norvège, où ce morse avait conquis les cœurs en se hissant sur des embarcations pour y somnoler, quitte à les endommager. La controverse s'est aussi propagée hors des frontières du royaume norvégien. 

"En érigeant une statue du symbole qu'est devenu Freya en peu de temps, nous rappellerons à nous-mêmes (et aux générations à venir) que nous ne pouvons ni ne devons tuer ou gommer la nature quand elle est 'sur notre passage'"

Erik Holm, promoteur norvégien de la collecte

sur le site norvégien Spleis.no

"L'abattage de Freya envoie des signaux extrêmement négatifs selon lesquels la Norvège, et en particulier Oslo, n'est pas capable de faire de la place pour les animaux sauvages", explique le promoteur norvégien de la collecte, Erik Holm, sur le site norvégien Spleis.no.

Se nourrissant essentiellement d'invertébrés tels que les mollusques, les crevettes, les crabes et les petits poissons, le morse ne s'en prend normalement pas aux êtres humains, mais peut réagir agressivement s'il se sent menacé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Norvège

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.