Cet article date de plus de neuf ans.

Nelson Mandela se trouve dans un état "critique"

Agé de 94 ans, l'ancien président sud-africain est hospitalisé depuis 17 jours pour une infection pulmonaire. La présidence a annoncé dimanche que son état est devenu "critique", appelant "la nation et le monde à prier pour lui".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Reuters)

L'état de santé de Nelson Mandela s'aggrave. Après 17 jours d'hospitalisation, l'ancien président sud-africain est dans un état "critique " depuis 24 heures, a annoncé la présidence dimanche.

"L'état de l'ancien président Nelson Mandela, qui est toujours à l'hôpital à Pretoria, est devenu critique" (présidence)

Le président actuel, Jacob Zuma, a rencontré l'épouse de Nelson Mandela à l'hôpital dimanche soir pour discuter de la situation. "Les médecins font tout leur possible pour que son état s'améliore et font en sorte que Madiba soit bien traité et qu'il soit bien. Il est entre de bonnes mains ", a déclaré Jacob Zuma. Le président et son parti l'ANC appellent à prier pour Nelson Mandela, sa famille et l'équipe médicale "en ces temps difficiles ".

Mandela "n'a pas ouvert les yeux depuis des jours" selon CBS

La télévision américaine CBS rapporte elle que la situation est sans doute plus grave que ne le laissent entendre les communiqués officiels, indiquant que Nelson Mandela a dû être "réanimé " à son arrivée à l'hôpital et qu'il "n'a pas ouvert les yeux depuis des jours ". Mais sur CNN, la fille aînée de l'ex-président Makaziwe Mandela a démenti les déclarations de CBS en affirmant qu'"il ouvre les yeux ". 

Nelson Mandela est âgé de 94 ans, a été hospitalisé le 8 juin à Pretoria en raison d'une infection pulmonaire. Depuis plusieurs jours, la présidence déclarait que l'état de Nelson Mandela était "grave mais stable ". C'est la quatrième fois en six mois que le héros de la lutte anti-apartheid est soigné pour cette infection.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.