Cet article date de plus de huit ans.

Naufrage du ferry : le Premier ministre sud-coréen démissionne

Face à la colère des familles des victimes, le Premier ministre sud coréen a démissionné ce dimanche. Le 16 vril dernier, le naufrage du ferry transportant beaucoup de lycéens a fait plus de 300 morts et disparus. La gestion de l'évacuation du bateau et des opérations de sauvetage est très critiquée par les familles éplorées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Lee Jae Won Reuters)

Chong Hung-won, le premier ministre sud-coréen, a démissionné dimanche afin d'apaiser la colère des familles des victimes du naufrage du ferry sud-coréen. Dans son annonce, faite en direct à la télévision, comme le veut la tradition sud-coréenne lorsqu'un dirigeant doit faire face aux critiques, il a déclaré se retirer afin d'"assumer ses responsabilités ", expliquant qu'il était "hanté la nuit par les cris des familles des victimes ". 

Le naufrage du ferry, qui transportait près de cinq cent personnes, dont 325 lycéens en voyage scolaire, a fait plus de 300 morts et disparus. Le ferry a coulé après avoir heurté un rocher à 20 km des côtes, emportant avec lui des passagers coincés à l'intérieur. 

Evacuation et sauvetage critiqués

Les familles éplorées reprochent au gouvernement la gestion de l'évacuation et du sauvetage des passagers du ferry. Arrêté depuis, le capitaine du bateau, parmi les premiers secourus, aurait tardé à ordonner l'évacuation, préconisant aux passagers de rester dans le ferry pour attendre les secours. La présidente sud-coréenne a qualifié ces morts de "meurtres". 

La procédure de sauvetage est également critiquée par les famille, qui soupçonnent le gouvernement d'avoir gonflé le nombre d'hommes à pied d'oeuvre par rapport aux effectifs réels. Des conditions climatiques difficiles ont également retardé le sauvetage des victimes. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.