Les musulmans de France soutiennent les chrétiens d’Orient

Quelques mois après le début de la lutte internationale contre l’État islamique, des responsables musulmans français affichent leur solidarité envers les chrétiens d’Orient, minorité persécutée en Syrie et en Irak.

Conférence de presse des signataires de l\'« Appel de Paris », à la Grande Mosquée, le 9 septembre 2014
Conférence de presse des signataires de l'« Appel de Paris », à la Grande Mosquée, le 9 septembre 2014 (AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE)
Le 9 septembre, la communauté musulmane se ralliait à la cause des chrétiens d’Orient, en signant l’« Appel de Paris » : un texte prônant la défense des communautés chrétiennes et tentant d’empêcher des jeunes de tomber dans le djihadisme.

Afficher son soutien...
L'« Appel », signé à la Grande mosquée de Paris, est porté par la coordination Chrétiens d'Orient en danger (Chredo), le président du Conseil français du culte musulman (CFCM, qui représente les 3,5 à 5 millions de musulmans de France) Dalil Boubakeur et ses vice-présidents Anouar Kbibech et Ahmed Ogras. Pour eux, il s’agit de « réaffirmer leur soutien aux frères chrétiens, ainsi que pour toutes les autres minorités de la région, qui sont victimes actuellement d'une grave campagne destructrice menée par ces groupes terroristes menaçant leur existence même ».
 
Un acte symbolique et fraternel donc, envers ces chrétiens d’Orient que Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, nomme « frères en Dieu ». Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, chargé des cultes, a salué cette initiative, qui constitue, selon lui, un « démenti apporté à ceux qui s'efforcent d'établir des amalgames entre le terrorisme et la religion musulmane, au risque de dresser les Français les uns contre les autres ».

...et lutter contre la fuite des Français en Syrie 
Le dernier bilan du ministère de l’Intérieur fait état de plus de 900 personnes (ressortissants français ou étrangers résidant en France) qui projettent de partir en Syrie et en Irak, y sont déjà, sont en transit ou en sont revenues. Un engagement dans des opérations de guérilla, pour combattre dans les rangs djihadistes, le plus souvent au Moyen-Orient. Soit une inquiétante progression de 56% en quelques mois.
 
« Nous appelons les musulmans de France et les plus jeunes d'entre eux à ne pas se tromper de combat. Leur véritable djihad n'est pas en Syrie ou en Irak, il est en France : c'est le combat de l'intégration, de la réussite sociale, du vivre-ensemble », a souligné Anouar Kbibech, président du Rassemblement des musulmans de France (RMF), qui dit représenter 550 mosquées.
 
Une « conférence internationale » sur ce sujet se tiendra à Paris, probablement le samedi 6 décembre, avec autour de la table des religieux, laïcs, diplomates et responsables gouvernementaux.