Cet article date de plus de cinq ans.

Irak: des renforts américains pour la bataille de Mossoul, bastion de Daech

Le Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter est à Bagdad dans le cadre d’une tournée dans la région. En ligne de mire, la reprise de la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak, occupée depuis près de deux ans par Daech. Au programme: un soutien renforcé à l’armée irakienne.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats irakiens à Makhmour, à l'est de Mossoul le 17 avril 2016 (Reuters/ Ahmed Jadallah)

Depuis la chute de Mossoul en juin 2014, le gouvernement irakien dit se préparer à reconquérir la deuxième ville du pays. Les forces armées irakiennes ont annoncé le 24 mars 2016 le début de l’offensive avec l’appui de la coalition internationale dirigée par Washington.
 
Raids aériens et renforts sur le terrain 
Ce sont les frappes aériennes de la coalition qui ont affaibli Daech et permis la libération de Ramadi. Mais elles ne suffisent pas pour chasser les djihadistes de Mossoul. «Le combat pour Mossoul sera crucial (…) et nous allons devoir être plus agressifs», a prévenu un responsable américain de la Défense cité par l’AFP. Les Etats-Unis envisagent ainsi de renforcer leurs effectifs sur le terrain. Officiellement, près de 3900 militaires sont en Irak. Ils ne participent pas directement aux combats mais entraînent et conseillent les forces irakiennes.
 
La grande bataille
Pour prêter main forte aux soldats irakiens, le Pentagone prévoit l’envoi de moyens logistiques et d’éléments du Génie pour aider au franchissement des rivières. Il envisage aussi des moyens de combat direct avec une intervention d’hélicoptères Apache ou de canons américains. La bataille de Mossoul s’annonce compliquée et Washington ne peut pas compter sur une armée irakienne pas encore tout à fait au point. «La bataille de Mossoul sera à coup sûr différente de toutes les autres», a affirmé un officier militaire irakien de haut rang au site Middle East Eye.
 
L’aide des pays du Golfe
Alors que la campagne militaire contre Daech s’accélère, les Américains misent sur la coopération des pays du Golfe sunnites. Ils souhaitent une implication plus importante en matière de Défense mais aussi et surtout une un soutien politique au gouvernement du Premier ministre irakien chiite Haïdar Al-Abadi. «Le succès de la campagne contre l’Etat islamique dépend aussi de progrès économiques et politiques», a souligné le Secrétaire américain à la Défense qui doit rencontrer la semaine du 18 avril 2016 les principaux dirigeants des monarchies du Golfe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moyen Orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.