Mort d'Edouard Chevardnadzé, l'une des figures de la perestroïka

Edouard Chevardnadzé, ancien président géorgien et ancien ministre des Affaires étrangères de l'Union soviétique, est décédé à l'âge de 86 ans, a annoncé lundi l'une de ses proches à Tbilissi.

(Edouard Chevardnadzé à Tbilissi en 2009. © REUTERS/David Mdzinarishvili)

L'ancien ministre soviétique des Affaires étrangères et ancien président géorgien Edouard Chevardnadzé s'est éteint à l'âge de 86 ans, des suites d'une longue maladie, a confirmé lundi l'une de ses proches à Tbilissi.

Ancien patron du PC géorgien, entré au bureau politique du PC soviétique sous Léonid Brejnev, Edouard Chevardnadzé fut l'une des figures marquantes de la "glasnost", de la "perestroïka" et de la "nouvelle pensée" politique aux côtés de Mikhaïl Gorbatchev, le dernier numéro un soviétique, à la fin des années 1980.

En tant que chef de la diplomatie soviétique, il avait favorisé un nouveau dégel des relations avec l'Occident et était en fonctions au moment de la chute du mur de Berlin et de l'effondrement du communisme dans les pays satellites de l'URSS en Europe de l'Est.

Poussé dehors lors de la Révolution des roses

Fin 1990, il avait démissionné de son poste de chef de la diplomatie soviétique, qu'il occupait depuis 1985, en mettant en garde contre un recours de la "dictature ". Par la suite, retiré dans sa Géorgie devenue indépendante, il avait accédé à la présidence, qu'il avait occupée de 1992 à 2003.

Il avait démissionné cette année là, lors de la Révolution des roses, laissant un pays appauvri et proche du chaos. Depuis, il vivait toujours à Tbilissi. Il avait témoigné auprès de nos confrères de France 24, en 2008, de la situation dans son pays, confronté à des mouvements séparatistes pro-russes.