Cet article date de plus de neuf ans.

Moins d'impôts, moins de dépenses publiques : les conseils du FMI à la France

Pour soutenir la reprise économique, le Fonds monétaire international recommande à la France de ralentir son rythme de réduction du déficit public. Paris doit diminuer davantage ses dépenses publiques et moins augmenter les impôts.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Yuri Gripas Reuters)

La France essaierait-elle de réduire son déficit
public trop rapidement ? Le Fonds monétaire international (FMI) a publié
ce lundi les conclusions de son rapport annuel sur l'économie française. Il estime que la France doit ralentir son rythme de consolidation budgétaire
pour ne pas menacer une reprise fragile de l'économie.

"D'ici la fin 2013,
le gouvernement aura réalisé aux deux tiers l'effort entrepris en 2011 pour
stabiliser les déficits. Étant donnés ce bilan et le caractère toujours
hésitant de la reprise, le gouvernement devrait ralentir le rythme de
l'ajustement
", écrit l'organisme international.

Selon le FMI, le déficit
de la France fin 2013 sera de 3,9% du PIB, contre le 4,8% en 2012. Il
s'établirait ensuite à 3,5% en 2014 et ne retomberait sous la barre des 3%
qu'en 2015, à 2,8% du PIB.

"Réduire
les dépenses plutôt que d'augmenter les impôts" (FMI)

En juillet dernier, Pierre
Moscovici, le ministre de l'Economie, avait entrevu le "début d'une
reprise"
. Dans son rapport, le FMI évoque également une croissance de 0,8%
pour 2014
. Parmi les facteurs de soutien à la croissance, il cite
notamment les conditions de crédit favorables et le faible endettement des
ménages et des entreprises.

Cependant, note le Fonds monétaire international, le potentiel de
croissance de la France est "entravé par
des rigidités structurelles sur les marchés du travail et des biens, qui ont,
au fil du temps, contribué à une perte progressive de compétitivité et de
performance dans les exportations
".

Dans son rapport, le FMI
estime que "le gouvernement doit rééquilibrer ses efforts et réduire les
dépenses plutôt que d'augmenter les impôts, qui sont parmi les plus élevés au monde
et ont un effet négatif sur l'investissement et la création d'emplois
".
L'organisme pointe en particulier les dépenses de la Sécurité sociale et des
collectivités locales, domaines "où il y a une marge de progression pour plus
d'efficacité
".

Davantage de réformes

Les auteurs du rapport
encouragent la France à "poursuivre
les réformes structurelles pour soutenir le rebond de la demande privée et
renforcer la compétitivité
". Et pour cela, selon le FMI, il faut que le
gouvernement français réforme. Les retraites tout d'abord, en augmentant le
taux d'activité plutôt qu'en relevant les cotisations.

L'organisme
international recommande un approfondissement de la réforme du marché du
travail. La France devrait également ouvrir davantage à la concurrence les
marchés de biens et services.

Enfin, concernant le chômage, le FMI estime qu'il poursuivra sa hausse pour atteindre 11,6% en
2014, avant de reculer à 11,4% fin 2015. L'objectif de François Hollande, d'inverser
la courbe du chômage d'ici la fin de l'année 2013
semble donc difficile à tenir.

> Voir tous les chiffres du FMI concernant l'économie française (anglais)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.