Cet article date de plus de neuf ans.

MH17 : Kiev accuse les pro-russes de vouloir détruire les preuves

Alors que les rebelles pro-russes auraient accepté samedi une zone de sécurité autour des débris de l’avion malaisien dans l’est de l’Ukraine, Kiev accuse les rebelles de vouloir détruire les preuves, avec l'aide de la Russie.
Article rédigé par Cécile Mimaut
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Une vingtaine d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) sont arrivés vendredi sur le site où s'est écrasé le Boeing malaisien © REUTERS/Maxim Zmeyev)

Les séparatistes pro-russes auraient donné leur accord samedi pour sécuriser, sur une vingtaine de kilomètres, le site où sont disséminés les débris du Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui s’est écrasé jeudi dans l’est de l’Ukraine.

 

Alors qu’hier des hommes armés avaient empêché l’accès des observateurs de l’OSCE à la totalité de cette zone, cet accord devrait permettre aux enquêteurs de procéder à l'identification les corps des 298 personnes qui se trouvaient à bord du vol MH17, dont une majorité de Néerlandais, et de les remettre aux familles. Mais la situation semblait encore très confuse sur les lieux du crash et la tension est très forte ce matin, comme a pu le constater notre envoyé spécial sur place Damien Simonart.

TEMOIGNAGE | Damien Simonart était en train de tourner un reportage vidéo au moment ou nous l'avons eu au téléphone ce matin. La tension était palpable. Propos recueillis par Philippe Poulenard

Les Etats-Unis et Kiev pointent la responsabilité de la Russie

Parallèlement, l’enquête se porte sur les causes de cette catastrophe aérienne. Selon plusieurs hypothèses, l’avion de ligne parti d’Amsterdam pour Kuala Lumpur aurait été abattu par un missile lors de son passage au-dessus de la zone de conflit en Ukraine.

Les insurgés sont clairement soupçonnés par les Etats-Unis d’être les responsables du drame. Selon Barack Obama, l’appareil de la Malaysia a été touché par un missile sol-air provenant des territoires contrôlés par les rebelles. Le président américain qui pointe aussi la responsabilité de Moscou dans cette affaire.

 

Samedi matin, Kiev va plus loin et accuse clairement la Russie d’aider les rebelles pro-russes à tenter de détruire des preuves sur le site du crash. "Le gouvernement ukrainien déclare officiellement que les terroristes, avec l'aide de la Russie, cherchent à détruire des preuves de crimes internationaux", peut-on lire dans un communiqué.  "Les terroristes ont transporté 38 corps de victimes à la morgue de Donetsk, où des spécialistes parlant avec un net accent russe ont déclaré  qu'ils procéderaient à leur autopsie. Les terroristes cherchent aussi des moyens de transport à grande capacité pour transporter les restes de l'avion en Russie", accuse le gouvernement de Kiev dans une déclaration officielle.

Selon un bilan du Conseil de sécurité ukrainien samedi, 186 corps ont pu être récupérés jusqu'ici. Il indique par ailleurs ne disposer d'aucune information concernant les deux boîtes noires de l'appareil, dont l'une aurait été récupérée par les rebelles, l'autre par des secouristes.

►►► A LIRE AUSSI | Crash du MH17 : "Les combats continuent"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.