L'organisation Etat islamique revendique une attaque au Burkina Faso, une première dans la sous-région

Deux personnes ont été tuées au Burkina Faso, près des frontières malienne et nigérienne. Une organisation affiliée à l'EI a revendiqué ces assassinats, selon "Le Monde".

Des soldats burkinabés en patrouille à Tambao, dans le nord du Burkina Faso, le 5 avril 2015.
Des soldats burkinabés en patrouille à Tambao, dans le nord du Burkina Faso, le 5 avril 2015. (AHMED OUOBA / AFP)

La zone est connue pour être fréquentée par les katibas (brigades) d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Mais, pour la première fois, l'organisation rivale Etat islamique renvendique une attaque dans le nord du Burkina Faso, à la frontière avec le Mali et le Niger, selon Le Monde, lundi 5 septembre.

Deux personnes, dont un douanier, ont été "abattues" au Burkina Faso, jeudi, par des individus "non identifiés", à Markoye, une localité frontalière du Mali et du Niger, rapportaient des sources officielles à Ouagadougou, vendredi. L'attaque a été perpétrée "par des individus dotés d'armes de guerre", selon le haut-commissaire de la province.

"Première attaque au nom de l'EI"

Selon Le Monde, qui cite l’agence de presse mauritanienne Al-Akhbar, "un canal de revendication habituel des mouvements jihadistes actifs dans le Sahel", "un peu plus d’un an après son allégeance à l’organisation Etat islamique (EI), le chef jihadiste Abou Oualid Al-Sahraoui [ancien porte-parole du Mujao] a revendiqué au nom de l’EI l’attaque". Le journal observe que "ce serait la première attaque commise au nom de l’EI dans le Grand Sahara par cette branche autoproclamée qui n’a pas encore été reconnue formellement par le mouvement jihadiste, depuis l’annonce de sa création".

Il s'agirait d'une première dans cette vaste région à cheval sur le Mali, le Niger et le Burkina Faso, des zones semi-désertiques troublées depuis que le Nord-Mali a été occupé par des groupes jihadistes. Toutefois, ce n'est pas la première fois que l'EI frappe au Sahel. Boko Haram, affilié à l'EI, est actif plus à l'est, dans des zones sahéliennes du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun.