Cet article date de plus de huit ans.

Mali : l'armée française contrôle l'aéroport de Kidal, dernier bastion islamiste

Kidal, la troisième grande ville au nord du Mali, est tombée mercredi aux mains des troupes françaises, a annoncé un officier français. Cette ville située à 1.500 kilomètres au nord de Bamako était le fief des groupes islamistes locaux. L'armée française y est bloquée, mercredi après-midi, par une tempête de sable.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Maxppp)

Après Gao et Tombouctou, la troisième et dernière grande ville
du
nord malien, Kidal, est entre les mains des troupes françaises. Le
colonel de l'état-major français, Thierry Burkhard, a confirmé mercredi
que "des éléments français ont été mis en place cette nuit à Kidal ". Ce mercredi
matin, un avion français s'est posé sur
l'aérodrome de la ville toute proche de la frontière avec l'Algérie.
Précision apportée dans l'après-midi à l'Assemblée nationale par le ministre de la Défense : depuis la prise de contrôle de l'aéroport, les troupes françaises y sont bloquées "par une tempête de sable ".

Passer le relais
aux Africains


Cette
nouvelle conquête des militaires français peut surprendre dans la mesure
où elle intervient alors que François Hollande parlait mardi de passer le relais aux Africains pour la suite de la conquête du nord du Mali.

Le nord Mali est une région montagneuse où de nombreux chefs islamistes s'étaient réfugiés. Par ailleurs, les Touaregs sont implantés ici depuis très longtemps, notamment à Kidal. Les Touaregs de la région se sont divisés au moment de l'arrivée des islamistes dans la région. Une partie d'entre eux a choisi de les soutenir quand l'autre souhaitait leur départ. C'est peut-être grâce à l'aide des Touaregs que l'armée française est parvenue jusqu'à Kidal.

 

Peur de représailles de l'armée malienne


Mieux valait pour
les dissidents touaregs, en lutte de longue date avec l'armée malienne,
que les Français soient présents pour libérer Kidal. Les hommes bleus du
désert craignant des représailles de la part des soldats maliens s'ils
étaient entrés seuls dans la ville.

L'arrivée
de soldats français à Kidal intervient juste après la reconquête sans
beaucoup
de résistance, aux côtés de l'armée malienne, des deux plus grandes
villes du
Nord du Mali, Gao et Tombouctou.

Les responsables islamistes se sont réfugiés dans
les montagnes 

Les trois villes étaient aux mains de groupes islamistes armés qui
y ont multiplié les exactions depuis plus de neuf mois. Kidal se trouve à
1.500
km de Bamako était le fief d'Ansar
Dine
(Défenseurs de l'islam), un groupe
islamiste armé allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Selon une
source
de sécurité malienne, les principaux responsables des groupes
islamistes, se
sont réfugiés dans les montagnes près de la frontière algérienne.

Les islamistes ne sont pas les seuls à avoir fui. Plusieurs centaines
de personnes ont quitté Kidal vers des villages plus au nord, vers
l'Algérie,
selon le Haut-Commissariat
aux réfugiés de l'ONU
, qui explique que l'accès à la
nourriture et aux biens de première nécessité a été sérieusement affecté
par la
guerre et par la fermeture de la frontière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.