Cet article date de plus de douze ans.

Madoff condamné à la peine maximale

Bernard Madoff, jugé lundi devant le tribunal de New York, a été condamné à 150 ans de prison pour escroquerie
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Bernard Madoff, 71 ans, l'ancienne coqueluche des milieux financiers. (© France 2)
Bernard Madoff, jugé lundi devant le tribunal de New York, a été condamné à 150 ans de prison pour escroquerieBernard Madoff, jugé lundi devant le tribunal de New York, a été condamné à 150 ans de prison pour escroquerie

Avant la sentence, accueillie par des applaudissements, le financier américain a présenté ses excuses aux victimes de son escroquerie, évaluée à 65 milliards de dollars, déclarant devoir "vivre avec cette douleur".

150 de prison avaient été requis par le ministère public américain contre le financier new yorkais, incarcéré depuis le mois de mars.

Au total, selon les enquêteurs, 13 milliards de dollars ont été remis à Madoff et les pertes se chiffreraient entre 50 et 65 milliards, correspondant aux gains qu'auraient engendré les sommes prêtées si les intérêts avaient été réels.

Le juge du tribunal de district sud de New York, chargé du procès, a par ailleurs publié un mandat préalable autorisant la confiscation des biens de l'accusé à hauteur de 170 milliards de dollars.

Le procureur Dassin avait requis une peine de 150 ans (le maximum encouru par l'accusé), ou "un nombre d'années qui assure à la fois que Madoff restera en prison pour la vie et qui dissuade fortement" d'autres d'agir comme lui.

Bernard Madoff a reconnu n'avoir jamais investi un centime des quelque 13 milliards de dollars qui lui ont été confiés en gestion pendant une trentaine d'années par des banques, des organisations caritatives ou des particuliers aisés.

Le procureur n'a pas tenu compte des demandes de son avocat qui demandait une peine de prison réduite, de 12 ans, étant donné l'âge de son client (71 ans).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.