Luka Magnotta arrêté à Berlin : le récit de 7 jours de traque

Le jeune homme de 29 ans est soupçonné d'avoir tué et dépecé un étudiant chinois à Montréal, fin mai. 

Luka Magnotta, meurtrier présumé d\'un étudiant chinois, quitte l\'aéroport de Montréal (Canada), le 26 mai 2012.
Luka Magnotta, meurtrier présumé d'un étudiant chinois, quitte l'aéroport de Montréal (Canada), le 26 mai 2012. (INTERPOL)

"Vous m'avez eu." Luka Magnotta, le Canadien de 29 ans soupçonné d'avoir tué et dépecé un étudiant chinois, a été arrêté à Berlin lundi 4 juin. Il a été reconnu par le gérant d'un cybercafé berlinois situé dans le quartier de Neukölln, dans le sud-est de la ville, indique le quotidien allemand Bild

FTVi / APTN

Il est recherché pour le meurtre et le démembrement d'un jeune Chinois à Montréal. La vidéo de son crime, postée sur internet, le montre également en train de s'adonner à des actes sexuels sur le cadavre. Luka Magnotta est aussi suspecté d'avoir envoyé un pied et une main de sa victime dans des colis postaux destinés à deux partis politiques canadiens. FTVi revient sur la cavale du "dépeceur de Montréal". 

• 26 mai : Luka Magnotta quitte Montréal pour Paris

L'assassinat de l'étudiant chinois de 32 ans, Lin Jun, aurait eu lieu dans la nuit du 24 au 25 mai, dans l'appartement loué par Luka Magnotta dans le quartier de la Côte-des-Neiges, à Montréal. Vendredi 25 mai, la vidéo de l'assassinat est mise en ligne. 

Samedi 26 mai, le jeune homme quitte le Québec pour Paris. Selon les bandes de vidéosurveillance consultées par les enquêteurs, il atterrit le 27 mai à Roissy-Charles-de-Gaulle. 

Luka Magnotta, meurtrier présumé d\'un étudiant chinois, quitte l\'aéroport de Montréal (Canada), le 26 mai 2012.
Luka Magnotta, meurtrier présumé d'un étudiant chinois, quitte l'aéroport de Montréal (Canada), le 26 mai 2012. (INTERPOL)

• 29 mai : un pied et une main retrouvés dans deux colis

Mardi 29 mai, la police découvre à Montréal un torse humain, dans une valise jetée sur un tas d'ordures. Le même jour, un colis contenant un pied en décomposition arrive à Ottawa, au siège du Parti conservateur, au pouvoir au Canada. Un autre colis contenant une main est intercepté par la poste. Les deux paquets ont été expédiés de Montréal. Les enquêteurs établissent ainsi un lien entre ces macabres découvertes. 

• 27-31 mai : quatre jours en région parisienne

Pendant ce temps, Luka Magnotta séjourne en Ile-de-France. L'AFP a révélé dimanche que le jeune homme avait dormi dans un hôtel de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) à proximité de la gare routière internationale, sans préciser la date. Plusieurs témoignages avaient fait état de sa présence en région parisienne les jours précédents. 

Un homme l'aurait aussi hébergé chez lui à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, avant de découvrir l'identité de son invité grâce aux avis de recherche diffusés par la police.

Les enquêteurs ont également retrouvé sa trace dans une boutique Eurolines de la place de Clichy, à Paris, où le tueur présumé a voyagé pour Berlin sous le nom de K. Trammel, inspiré de la tueuse du film Basic Instinct, Catherine Tramell. 

 

• 31 mai : la traque internationale commence

Les détails sordides, la vidéo du meurtre et l'identité de l'auteur présumé du crime sont d'ores et déjà sortis dans la presse et la traque s'intensifie. Rapidement, les enquêteurs canadiens soupçonnent une fuite à l'étranger. 

A Montréal, la police annonce alors avoir lancé un mandat d'arrêt national contre Luka Magnotta et avoir demandé l'aide d'Interpol. Magnotta est désormais recherché dans 190 pays.

L\'avis de recherche émis par Interpol sur Luka Rocco Magnotta le 31 mai 2012.
L'avis de recherche émis par Interpol sur Luka Rocco Magnotta le 31 mai 2012. (INTERPOL / AFP)

Enfin, le 31 mai, il quitte la France pour l'Allemagne à bord d'un car, parti de la porte de Bagnolet, comme le révéleront plus tard les images de vidéosurveillance. 

• 1er-4 juin : l'enquête suit son cours, Magnotta balade la police française

Le wee-kend du 2 et 3 juin, les enquêteurs français pensent que le Canadien est à Paris. La raison : la surveillance du portable de Magnotta porte ses fruits, son téléphone active plusieurs bornes relais dans l'est parisien. Mais il s'agit d'un stratagème mis au point par Magnotta pour gagner du temps et semer les policiers. Luka  Magnotta avait abandonné depuis longtemps son téléphone dans le métro, selon une source policière. Et c'est un autre individu qui l'a récupéré et s'est promené dans Paris, laissant croire que Magnotta était toujours présent sur le sol français, indique TF1 News

Les policiers français épluchent des vidéos au départ de la gare Eurolines d'où le Canadien est parti et s'assurent ainsi qu'il s'agit bien de lui. Aussitôt avertie, la police allemande signale la présence du suspect à Berlin, ce qui permet au gérant d'un cybercafé de le signaler. Les enquêteurs sont particulièrement actifs, l'individu étant considéré comme très dangereux et susceptible de récidiver. Pendant ce temps, sa personnalité se dessine et les médias dressent le portrait d'un "pervers sadique". Selon le Pr Michel Bénézech, expert en psychiatrie criminelle cité par Metro, Luka Magnotta fait preuve d'un "narcissisme effréné". "S'il a trouvé un grand plaisir à commettre son premier meurtre, il peut avoir envie de recommencer", craint-il alors.

• 4 juin : Magnotta est arrêté dans un cybercafé de Berlin

Selon un témoin présent dans le cybercafé, Luka Magnotta a été interpellé dans le calme. "La police est arrivée, elle l'a arrêté et il a réagi de manière très cool", a expliqué cette personne sous couvert d'anonymat. "Une heure plus tard, tout était terminé."

Luka Magnotta, soupçonné d\'avoir tué et dépecé un étudiant à Montréal, a été reconnu par le gérant d\'un cybercafé berlinois situé dans le quartier de Neukölln, dans le sud-est de la capitale allemande ce lundi 4 juin 2012
Luka Magnotta, soupçonné d'avoir tué et dépecé un étudiant à Montréal, a été reconnu par le gérant d'un cybercafé berlinois situé dans le quartier de Neukölln, dans le sud-est de la capitale allemande ce lundi 4 juin 2012 (ADAM BERRY / AFP)

• Et maintenant ?

Luka Magnotta, qui fait l'objet d'un mandat international diffusé par Interpol, devrait être extradé vers le Canada pour y être jugé. Son futur procès dira si, oui ou non, il planifiait un nouveau crime.