Le coup de gueule de Jean-Marc Mormeck sur l’esclavagisme en Libye

Le délégué des Français d’Outre-Mer à l’égalité des chances juge inacceptable que l’esclavage soit toujours pratiqué dans le monde.

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

« Aujourd’hui il y a des jeunes, des femmes, des hommes qui partent de leur pays pour essayer de trouver le bonheur, et on les attache, et ils deviennent esclaves. » Jean-Marc Mormeck, délégué des Français d’Outre-Mer à l’égalité des chances et ancien boxeur, réagit aux révélations de CNN sur les ventes aux enchères de migrants en Libye.

La chaîne américaine révèle que des migrants seraient vendus pour 700 dinars libyens, soit 435 euros, dans des « marchés aux esclaves » organisés une à deux fois par mois dans une maison près de Tripoli.

« On ne doit pas tenir un homme en captivité »

Pour lui, cette situation est « inadmissible » et nous rappelle que l’esclavage existe encore, malgré son abolition au début du 20ème siècle : « On est retournés dans le passé il y a très longtemps où des choses comme ça se faisaient. Le passé c’est justement pour dire plus jamais ça. Et s’il y a une date donnée pour ça, en disant que le 10 mai c’est l’abolition de l’esclavage, ça veut bien dire quelque chose. »

D’après l’Organisation Internationale du Travail, le nombre d’esclaves dans le monde est estimé à 40 millions.

« On ne doit pas tenir un homme en captivité » poursuit l’ancien boxeur, avant de conclure : « Un être humain c’est un être humain, peu importe sa couleur, sa nationalité, l’être humain reste l’être humain dans sa globalité. »

Le coup de gueule de Jean-Marc Mormeck sur l’esclavagisme en Libye
Le coup de gueule de Jean-Marc Mormeck sur l’esclavagisme en Libye (Brut.)