Cet article date de plus de neuf ans.

Les routards français sont-ils les racailles de l'Australie ?

Depuis quelques années, la réputation des touristes français au pays des kangourous est mise à mal. Les Australiens leur reprochent notamment d'être bruyants, voleurs et malpolis. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des jeunes routards attendent à la réception d'une auberge de jeunesse en Tasmanie (Australie).  (GRANT DIXON / LONELY PLANET IMAGES / GETTY IMAGES )

Le consul de France à Sydney a été contraint de rappeler ses compatriotes à l'ordre. Vols, alcoolémie sur la voie publique, incivilités en tout genre... Depuis quelques années, "les ressortissants français qui vivent en Australie ont acquis une solide réputation dans le domaine, donnant même naissance à l'expression 'french shopping' pour désigner le vol à l'étalage", écrit vendredi 30 mai le blog Vol pour Sydney, hébergé par Le Monde.fr.

"N'hésitez pas à sensibiliser les jeunes Français autour de vous au comportement qui est attendu d'eux, dans un pays où l'honnêteté et le respect des valeurs et des autorités sont d'une importance primordiale", a demandé le consul, Eric Berti, dans un courrier adressé aux Français, cité par le Sunday Morning Herald (article en anglais) vendredi. Selon le site du quotidien, pas moins de vingt backpackers (routards) français ont été arrêtés en 2011 pour avoir volé dans les supermarchés des villes d'Exmouth et de Carnarvon, dans l'ouest du pays, entamant sérieusement (et durablement) la réputation des frenchies. "Routards français, mais pourquoi êtes-vous si cons ?", titrait ainsi un blogueur belge (lien en anglais) en 2011, pointant du doigt le manque de respect des touristes de l'Hexagone pour les usages australiens : "Soyez plus discret, ça nous fera des vacances."

Pour Sylvia Galvao, consule-adjoint à Sydney, interrogée par le site Le Petit Journal, les Français sont surtout mal préparés et peu conscients des différences culturelles entre les deux pays : "L’Australie a une tradition anglo-saxonne qui implique le respect de la légalité, par exemple. Il n’est pas question ici de discuter avec un agent de police, cela peut avoir des conséquences graves", explique-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.