Les Palestiniens sont devenus membres à part entière de l'Unesco, après un vote à Paris.

Les 173 pays représentés ont votés au nom de la Conférence générale pour décider de l'admission ou non de la Palestine comme membre de l'Unesco.

(HAZEM BADER / AFP)

Les 173 pays représentés ont votés au nom de la Conférence générale pour décider de l'admission ou non de la Palestine comme membre de l'Unesco.

Le vote a permis de faire entrer la Palestine au sein de l'Unesco. La résolution a été adoptée par 107 voix pour, 52 abtentions et 14 voix contre, parmi les pays présents.

La France a voté pour, en dépit de ses mises en garde ces derniers jours contre une démarche qu'elle jugeait prématurée. La quasi-totalité des pays arabes, africains et latino-américains se sont prononcés pour l'adhésion.

Fin des financements américains

L'Allemagne et le Canada ont voté contre, tandis que l'Italie et le Royaume Uni se sont abstenus. Les Etats-Unis ont voté contre également. Ils avaient annoncé quelques heures plus tôt que les fonds américains attribués à l'Unesco serait supprimé. Ceux d'Israël devraient suivre également, amputant de près d'un quart le financement de l'organisation.

A la suite de l'annonce, l'ambassadeur israélien auprès de l'Unesco, Nimrod Barkan a annoncé que les pays qui, comme la France, ont soutenu la demande d'adhésion de la Palestine à l'Unesco, verront leur influence sur Israël s'affaiblir. "Cela va certainement affaiblir leur capacité à avoir de l'influence sur la position d'Israël", notamment concernant le processus de paix, a-t-il dit.

Le ministre palestinien des affaires étrangères, Riyad Al-Malki avait déclaré dimanche qu'il s'attendait à ce que "la Palestine recueille le nombre de voix requis pour une adhésion. Nous disposons de suffisamment de votes pour franchir le seuil des deux tiers". Sur les ondes de la Voix de la Palestine, le ministre avait ajouté : "Ce succès, si nous l'obtenons, et avec une aussi large majorité, donnera une forte impulsion aux efforts que nous déployons pour obtenir le vote requis aux Nations unies."

Cette décision conforte les palestiniens dans la longue marche entreprise le 23 septembre pour la reconnaissance officielle d'un Etat palestinien.