Les Etats-Unis ont-ils payé une rançon à l'Iran pour libérer quatre Américains ?

400 millions de dollars ont été versés au régime de Téhéran pour le règlement d'un vieux contentieux selon les autorités américaines. Mais à Téhéran on parle d'une rançon pour la libération de prisonniers. Ce versement est en tout cas resté secret pendant de longs mois et c'est la presse américaine, le Wall Street Journal en l'occurrence qui vient d'en révéler l'existence.

(Jason Rezaian, journaliste au Washington Post libéré par l'Iran en janvier dernier © REUTERS / Kai Pfaffenbach)

 Au milieu du mois de janvier dernier, quatre Iraniens-Américains dont un journaliste du Washington Post sont libérés. Cet échange de prisonniers avec l'Iran consacre le dégel marqué par l'accord nucléaire qui vient d'être signé. Le même jour, dans le plus grand secret, un avion-cargo fait le voyage de Téhéran avec l'équivalent de quatre cents millions de dollars entreposés dans des palettes.  Comme les Etats-Unis n'ont pas levé leurs sanctions avec l'Iran, cet argent liquide vient de banques centrales européennes et ce sont des euros ou des francs suisses. Le principe du versement ne fait pas polémique. Il s'agit de solder les derniers comptes. Cet argent correspond à un contrat d'armes réglé par l'Iran du temps du Shah et jamais honoré par les Etats-Unis du fait de la révolution islamique. Barack Obama l'avait évoqué publiquement.

La coïncidence de date pose problème

S'agit-il d'une rançon comme le disent les Iraniens ? La Maison Blanche dément sans dissiper totalement le trouble. Et puis il y a la question du versement en liquide. Des élus républicains affirment que ces quatre cents millions de dollars sont partis directement dans les caisses du Hezbollah. En pleine campagne présidentielle, cet avion mystère déclenche de réels trous d'air politique.