Cet article date de plus de sept ans.

Les Etats-Unis au pied du "mur budgétaire"

Il ne reste plus que trois jours aux représentants démocrates et républicains du Congrès pour s'entendre sur un plan de réduction des déficits. Faute de quoi des mesures d'austérité brutale se mettront en place. Barack Obama s'est toutefois dit "modestement optimiste" sur la possibilité d'un accord.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

"Nous pouvons
toujours parvenir à un accord
", a déclaré Barack Obama vendredi. Alors
qu'il ne leur reste plus que quelques heures pour se mettre d'accord, les chefs
de file du Congrès américain ont rencontré le président des Etats-Unis. Une
"réunion constructive " au cours de laquelle les dirigeants ont
tenté de trouver une solution pour ne pas se retrouver devant le "mur
budgétaire" qui attend le pays
, si aucun plan de réduction des déficits
n'est voté d'ici lundi à minuit.

Jusqu'à présent, aucun accord
n'a pu être trouvé entre le Sénat à majorité démocrate, et une Chambre des
représentants dominée par les républicains. Le président américain a écourté ses vacances pour rencontrer les dirigeants républicains : lors de la réunion de vendredi, le
chef de la majorité du Sénat, Harry Reid, a accepté de travailler avec le
dirigeant de la minorité républicaine Mitch McConnell. Objectif : trouver un
plan acceptable non seulement par leur assemblée, mais aussi par les
républicains.

Des mesures drastiques
prévues dès le 1er janvier

En clair, ils doivent se mettre d'accord sur un projet de loi empêchant les hausses d'impôts pour la classe moyenne. Objet du désaccord :
Barack Obama souhaite que le paquet fiscal, un ensemble de déductions fiscales accordé aux plus riches sous George W. Bush ne soit pas
renouvelé. Le président de la Chambre des représentants, John Boehner, ne veut
pas d'une hausse d'impôts pour qui que ce soit.

Faute d'accord, des
mesures d'austérité brutales pourraient entrer en vigueur dès le 1er janvier.
Un plan de 600 milliards de dollars de hausses d'impôts et de coupes
budgétaires serait alors mis en place. Dès le mois de janvier, cela pourrait
représenter une hausse de 2% des prélèvements sociaux, et la fin des aides
accordées à près de deux millions de chômeurs. Les autres mesures pourront
entrer en vigueur plus tard.

Le "mur
budgétaire" a été créé par les législateurs américains eux-mêmes : à l'été
2011, républicains et démocrates s'étaient donnés jusqu'à fin 2012 pour tomber
d'accord sur un plan de réduction du déficit, et avaient préparé ces mesures
drastiques au cas où aucun accord ne serait conclu. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.