Les djihadistes au nord-est de Bagdad, Obama étudie "toutes les options"

Barack Obama a déclaré jeudi qu'il envisageait toutes les options pour aider le gouvernement irakien face à l'offensive des djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Laurent Fabius estime que la communauté internationale doit agir. Les djihadistes se sont emparés jeudi soir de deux secteurs du nord-est de la capitale.

(Les djihadistes de l'EIIL à l'entrée de Mossoul © REUTERS)

Les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) s'approchent à grande vitesse de la capitale irakienne. Jeudi soir, ils se sont emparés de deux secteurs à Diyala, une province au nord-est de Bagdad. Des officiers ont précisé que les forces de sécurité avaient abandonné leur poste face à l'avancé des hommes armés.

Obama affirme étudier "toutes les options"

"Je n'exclus rien ", a dit le président américain jeudi, alors qu'il était interrogé sur l'aide que les Etats-Unis pourraient apporter au gouvernement irakien, notamment d'éventuels bombardements à l'aide de drone, comme l'a évoqué un responsable américain. L'Irak est en proie à une offensive fulgurante des djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui sont parvenus jeudi à moins de 100km de la capitale.

A ECOUTER  ►►► Les reportages de nos envoyés spéciaux sur la route entre Erbil et Mossoul

A LIRE ►►► PORTRAIT | L'Etat islamique en Irak et au Levant : le nouvel Al Qaïda ?

S'exprimant devant les journalistes à la Maison blanche, Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis avaient intérêt à ce que les djihadistes ne s'implantent pas durablement en Irak. Il a ajouté que des actions immédiates, de court terme, devaient être lancées sur le plan militaire en Irak et que ses conseillers en matière de sécurité nationale examinaient toutes les possibilités.

Pour Fabius, la communauté internationale doit agir

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a également indiqué jeudi que la communauté internationale devait agir : la progression des djihadistes "met gravement en danger l'unité et la souveraineté de l'Etat irakien, auxquelles la France est attachée ", indique-t-il dans un communiqué. "Elle fait peser une menace sérieuse sur la stabilité de l'ensemble de la région. La communauté internationale doit impérativement se saisir de la situation ", ajoute-t-il.

Le Conseil de sécurité des Nations unies devait se réunir jeudi sur la question de l'Irak. L'ambassadeur d'Irak en France a demandé jeudi un soutien militaire aux grandes puissances, évoquant un besoin d'équipements et de drones.

La réunion du Conseil de sécurité se tient à huit-clos : à New York Charlotte Alix
--'--
--'--