Cet article date de plus de dix ans.

Les combattants du CNT ont annoncé lundi avoir pris Bani Walid, l'un des derniers bastions fidèles à Kadhafi.

Les forces du Conseil national de transition tentaient de prendre le contrôle de la ville depuis plus d"un mois. Dimanche, ils ont lancé une nouvelle offensive, qui a finalement porté ses fruits.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les combattants du CNT ont tiré des tirs de joie après la prise de Bani Walid, le 17 octobre 2011. (MARCO LONGARI / AFP)

Les forces du Conseil national de transition tentaient de prendre le contrôle de la ville depuis plus d"un mois. Dimanche, ils ont lancé une nouvelle offensive, qui a finalement porté ses fruits.

L"un des commandants militaires des nouvelles autorités libyennes a également annoncé qu" « au moins une vingtaine de mercenaires » avaient été arrêtés. Les combattants du CNT déplorent deux morts et seize blessés dans leurs rangs.

Sur place, les combattants tiraient en l'air avec des armes légères et des armes lourdes au cri d'"Allah Akbar" pour fêter leur avancée et hissaient le drapeau des nouvelles autorités libyennes sur plusieurs bâtiments et mosquées.

Les partisans du CNT ont pris le contrôle de l"hôpital de la ville, qui commençait à fonctionner de nouveau. La Croix-Rouge y a effectué une visite, afin de livrer du matériel médical. Les forces du nouveau pouvoir libyen avaient attaqué la ville par le nord et le sud avant de se rejoindre dans le centre-ville.

Les combats avaient été suspendus la semaine passée par les commandants du CNT pour préparer une nouvelle offensive et mettre de l'ordre dans les rangs après un énorme cafouillage meurtrier le 9 octobre. Faute de coordination entre des brigades venues des quatre coins de l'Ouest libyen, les pro-CNT avaient alors dû abandonner l'aéroport de Bani Walid qu'ils venaient de prendre, enregistrant 17 morts et plus de 80 blessés dans leurs rangs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.