Cet article date de plus d'onze ans.

Le prix Sakharov 2010 du Parlement européen a été décerné à Guillermo Farinas, psychologue et journaliste cubain

Ce prix honore "la liberté de l'esprit" du dissident, connu pour de nombreuses grèves de la faim.Directeur de l'agence de presse indépendante Cubanacan Press, Farinas combat le régime castriste depuis de nombreuses années. Ce qui lui a valu plusieurs séjours en prison. Il succède notamment à Nelson Mandela ou encore Aung San Suu Kyi
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Guillermo Farinas (AFP - ADALBERTO ROQUE)
Ce prix honore "la liberté de l'esprit" du dissident, connu pour de nombreuses grèves de la faim.

Directeur de l'agence de presse indépendante Cubanacan Press, Farinas combat le régime castriste depuis de nombreuses années. Ce qui lui a valu plusieurs séjours en prison. Il succède notamment à Nelson Mandela ou encore Aung San Suu Kyi

Honorer ceux qui défendent les droits de l'Homme et la liberté d'expression, parfois au péril de leur vie. Telle est la mission du Parlement européen. Le prix Sakharov 2010 a été décerné, jeudi, à Guillermo Farinas, opposant cubain au régime castriste. "A l'instar d'Andreï Sakharov, les lauréats du Prix Sakharov témoignent combien il faut de courage pour défendre les droits de l'Homme et la liberté d'expression", explique le Parlement dans un communiqué.

Farinas a été préféré à l'organisation non gouvernementale israélienne Breaking the Silence, créée par des soldats et anciens combattants israéliens militant contre l'occupation des Territoires palestiniens, et l'opposante éthiopienne Birtukan Mideksa, ancienne juge et cheffe de file de l'Unité pour la démocratie et la justice (UDJ).

Par son engagement à Cuba, Farinas, 48 ans, a attiré l'attention du Parlement qui veut avant tout récompenser "des personnalités exceptionnelles qui luttent contre l'intolérance, le fanatisme et l'oppression." Ce journaliste indépendant, docteur en psychologie, dirige depuis plusieurs années l'agence de presse indépendante Cubanacan Press.

Pour faire connaître sa lutte de manière non-violente, il a ainsi entamé 23 grèves de la faim afin de protester contre la censure sur Internet ou encore demander la libération de prisonniers politiques, notamment ceux qui étaient malades. A l'article de la mort, il avait mis un terme à 135 jours de grève de la faim en juillet dernier après un accord entre le gouvernement de Raul Castro et l'Eglise catholique concernant la libération de 52 dissidents cubains. Ses différentes protestations lui ont valu de nombreux séjours en prison.

Farinas: "Un prix pour tout le peuple cubain, un message aux dirigeants"
Déjà honoré du prix Cyberliberté 2006 remis par Reporters sans frontières, Farinas est le troisième dissident cubain à recevoir le prix Sakharov depuis 2002 après Oswaldo Paya Sardinas, fondateur du Mouvement chrétien de libération, et les "Femmes en blanc" (épouses et proches de dissidents emprisonnés à Cuba).

La désignation du lauréat résulte d'un vote des présidents des groupes politiques, au prorata du nombre de leurs élus. Le nom de Guillermo Farinas avait été proposé par le Parti populaire européen (centre droit), le groupe de plus important au sein du Parlement, et par les conservateurs britanniques.

S'il est autorisé à quitter l'île, Farinas viendra chercher son prix le 15 décembre au Parlement de Strasbourg, ainsi qu'un chèque de 50 000 euros. Par le passé, le prix Sakharov est revenu à des personnalités comme Nelson Mandela, ancien président sud-africain, ou l'opposante birmane Aung San Suu Kyi.

Dans une déclaration à l'AFP, Guillermo Farinas a dédié ce prix à "tout le peuple cubain, qui lutte depuis 50 ans pour sortir de cette dictature et dont nous, opposants pacifiques de l'intérieur, sommes la face la plus visible". Le membre du mouvement clandestin "Alliance démocratique cubaine a également appelé à la "fin de la dictature". "Le monde civilisé, le Parlement européen envoie un message aux dirigeants cubains qu'il est temps que Cuba connaisse la liberté de conscience et d'expression et la fin de la dictature", déclare-t-il.

Cuba: vers de nouvelles libérations de prisonniers politiques
Les autorités cubaines vont prochainement libérer cinq nouveaux prisonniers politiques, dont une femme. Leur libération a été annoncée jeudi par l'archevêché de La Havane, qui précise dans un communiqué qu'ils ont accepté de partir en exil en Espagne. Ces prisonniers ne font pas partie du groupe de 52 personnes dont l'Eglise catholique avait négocié la libération avec le régime castriste en juillet.

L'annonce coïncide avec l'attribution par le Parlement européen du prix Sakharov à Guillermo Farinas. Depuis l'accord historique négocié cet été entre l'Eglise et le gouvernement de Raul Castro, 42 dissidents ont d'ores et déjà libérés. La plupart d'entre eux ont accepté de s'exiler en Espagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.