Le président palestinien entend réclamer la semaine prochaine à l'ONU la reconnaissance d'un Etat palestinien

"Nous nous rendons aux Nations unies pour réclamer notre droit légitime, obtenir une adhésion pleine de la Palestine à cette organisation", a déclaré vendredi Mahmoud Abbas à Ramallah."La paix ne s'obtiendra pas par une démarche unilatérale à l'ONU", a indiqué un communiqué du premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, à Ramallah le 16 mars 2011
Le président palestinien, Mahmoud Abbas, à Ramallah le 16 mars 2011 (XINHUA-NOTIMEX - FADI AROURI - COR - POL)

"Nous nous rendons aux Nations unies pour réclamer notre droit légitime, obtenir une adhésion pleine de la Palestine à cette organisation", a déclaré vendredi Mahmoud Abbas à Ramallah.

"La paix ne s'obtiendra pas par une démarche unilatérale à l'ONU", a indiqué un communiqué du premier ministre Benjamin Netanyahu.

"On ne peut pas parvenir à la paix en s'associant avec l'organisation terroriste Hamas", le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, ajoute le communiqué en référence au processus de réconciliation entre le parti Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas.

De son côté, le mouvement islamiste estime que cette démarche est "solitaire" et comporte "de grands risques". Pour le Hamas, la démarche de Mahmoud Abbas "peut constituer une violation des droits nationaux tels que le droit au retour, notre droit à la résistance et à l'autodétermination". "Nous affirmons que cette action solitaire ne n'est pas fondée sur un consensus national", a ajouté un porte-parole de l'organisation qui contrôle la bande de Gaza.

Le président palestinien a laissé entendre qu'il solliciterait un vote du Conseil de sécurité. De nombreux pays ont tenté de le dissuader d'emprunter cette voie car Israël et les Etats-Unis s'opposent à la demande d'adhésion d'un Etat de Palestine. L'administration américaine a annoncé qu'elle y opposerait son véto au Conseil de sécurité.

Mahmoud Abbas a assuré vouloir ainsi "mettre fin à une injustice historique" pour que les Palestiniens puissent accéder "à la liberté et à l'indépendance comme tous les autres peuples de la Terre, dans un Etat palestinien sur les lignes du 4 juin 1967", à la veille de la guerre des Six jours. Conflit depuis lequel l'Etat hébreu occupe la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

"Après cela, nous pourrons revenir aux négociations sur des bases claires approuvées par tous sur les questions de statut final: Jérusalem, les réfugiés, l'eau, la sécurité et les colonies et nos valeureux prisonniers", a expliqué Mahmoud Abbas. "Nous n'allons pas à l'ONU pour isoler ou délégitimer Israël mais l'occupation israélienne", a-t-il assuré. "Nous sommes le seul peuple au monde à être encore sous occupation" et "nous allons à l'ONU pour mettre le monde face à ses responsabilités", a-t-il ajouté.

"Il n'y pas de plus grand intérêt palestinien que l'unité nationale et la fin de la division", a-t-il estimé, en référence au processus de réconciliation en cours avec les islamistes du Hamas.

L'adhésion d'un Etat palestinien à l'ONU permettrait une reprise des négociations de paix, a par ailleurs affirmé le président de l'Autorité, selon lequel 126 pays dans le monde reconnaissent les territoires palestiniens en tant qu'Etat.

Pour Israël et les Etats-Unis, la paix ne peut être le résultat que d'un retour à des
négociations directes totalement gelées depuis un an. "La paix ne s'obtiendra pas par une démarche unilatérale à l'ONU", a indiqué un bref communiqué du bureau du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.