Le roi d'Espagne Juan Carlos abdique

Affaibli par des soucis de santé à répétition, le souverain devait aussi faire face au scandale de corruption qui a éclaboussé la famille royale.

Le roi d\'Espagne Juan Carlos se prépare à accueillir le président équatorien à Madrid (Espagne), le 24 avril 2014.
Le roi d'Espagne Juan Carlos se prépare à accueillir le président équatorien à Madrid (Espagne), le 24 avril 2014. (GERARD JULIEN / AFP)

C'est le Premier ministre qui a communiqué la nouvelle, dans une allocution télévisée. Mariano Rajoy a annoncé, lundi 2 juin, l'abdication du roi d'Espagne Juan Carlos, âgé de 76 ans. Le chef du gouvernement espagnol a expliqué qu'un nouvel amendement constitutionnel devait être voté pour permettre au souverain d'abdiquer en faveur de son fils, le prince Felipe.

"Sa majesté le roi Juan Carlos vient de me communiquer sa décision d'abdiquer, a déclaré Mariano Rajoy. Pour cela, une loi organique devra être approuvée. J'espère que le Parlement pourra procéder dans un délai très court à la désignation comme roi de celui qui est aujourd'hui prince des Asturies."

REUTERS

La maison royale d'Espagne a, dans la foulée de cette allocution, publié un communiqué et des photos de la rencontre entre les deux hommes sur son compte Twitter.

De la popularité à la défiance

Monté sur le trône à la mort de Francisco Franco en novembre 1975, Juan Carlos a construit sa popularité en menant la transition de l'Espagne vers la démocratie, avant de connaître une fin de règne difficile.

Affaibli par des soucis de santé à répétition, Juan Carlos faisait face depuis plusieurs mois à la défiance de ses sujets. En janvier, ils étaient 62% à souhaiter son abdication, et moins d'un sur deux (49,9%) à soutenir le régime monarchique, selon un sondage pour le quotidien El Mundo (en espagnol).

Un scandale de corruption

La faute notamment au scandale de corruption qui éclabousse la monarchie espagnole depuis la fin 2011. Sa propre fille, l'infante Cristina, a ainsi été mise en examen en janvier pour fraude fiscale et blanchiment d'argent.

Son époux Iñaki Urdangarin, un ancien champion olympique de handball reconverti en homme d'affaires, est soupçonné d'avoir détourné 6,1 millions d'euros d'argent public avec son ancien associé, alors qu'il présidait entre 2004 et 2006 une société à but non lucratif.