Le parti travailliste revendique la victoire de Sadiq Khan à la mairie de Londres

Le Labour félicite Sadiq Khan, 45 ans, pour son élection à la mairie de Londres. Il devient ainsi le premier maire musulman d'une capitale européenne. Ce résultat permet aux travaillistes de limiter la casse au niveau national.

(Sadiq Khan en campagne. © Toby Melville/REUTERS)

Le candidat du parti travailliste, Sadiq Khan, 45 ans, était donné favori par tous les sondages et dans les estimations face à Zac Goldsmith, 41 ans, le candidat des conservateurs. Sans attendre les résultats définitifs, vendredi, le Labour a d'ores et déjà félicité son candidat.

Sur Twitter, le leader du parti travailliste, Jeremy Corbyn, félicite Khan : "Je suis impatient de travailler avec toi pour faire de Londres une ville équitable pour tous".

Le candidat travailliste devance très nettement son rival conservateur Zac Goldsmith après le premier décompte. Le système électoral est complexe, il faut intégrer les seconds choix... Mais sa victoire est certaine, il a recueilli 44% des suffrages en premier choix, contre 35% pour Goldsmith. Il devient donc à 45 ans le premier maire musulman d’une capitale occidentale.

Les Londoniens ont manifestement été sensibles à l'histoire de Sadiq Khan, celle d’un fils de chauffeur de bus du Pakistan,t né dans une famille de 8 enfants. Il a grandi dans un "council estate", un logement social. Sa mère était couturière et s’occupait des enfants à la maison. Sadiq Khan est devenu plus tard avocat, et a gravi les échelons au parti travailliste : député en 2005, puis ministre des Transports sous Gordon Brown.

Son élection montre que la campagne très agressive de Zac Goldsmith qui a pris pour cible le fait que Sadiq Khan soit musulman n’a pas été efficace à Londres. Le candidat conservateur, qui est lui fils de milliardaire, a accusé Khan de liens avec des musulmans radicaux.

Le député travailliste s’est expliqué : il a déclaré avoir simplement rencontré des extrémistes en sa qualité d’avocat spécialiste des droits de l’homme. Il estime avoir été victime d’islamophobie. Et de fait, la campagne menée par Goldsmith a été jugée par beaucoup nauséabonde... une opinion que partagent d’ailleurs beaucoup de conservateurs.

Sadiq Khan devra faire oublier cette controverse et ouvrir les dossiers les plus sensibles de Londres : le logement (les prix de l’immobilier ne cessent de flamber), mais aussi les transports, la pollution et la sécurité.

Khan permet au Labour de sauver les apparences

La victoire de Sadiq Khan à Londres permet aux travaillistes de sauver les apparences, mais Jeremy Corbyn n'aura pas passé sans encombre son premier test électoral en tant que leader du Labour.

En Ecosse, son parti termine troisième, derrière les Indépendantistes, toujours majoritaires, et surtout derrière les Conservateurs. Le Labour a pourtant longtemps été la principale force politique de la province. C'est donc une lourde défaite.

Mais Jeremy Corbyn retient que les Travaillistes ont limité la casse au Pays de Galles, et surtout en Angleterre, où ils perdent une vingtaine de sièges, moins que les prédictions. "On s'est accroché, a-t-il commenté, et on a augmenté notre soutien dans beaucoup d'endroits. Voici le message du Labour : que l'économie peut et sera pilotée d'une manière très différente. Qui marche pour tous, et pas seulement pour une poignée, comme sous les Tories."

Ce message positif, beaucoup de responsables travaillistes n'y croient pas, ils estiment que Jeremy Corbyn détruit le parti en mettant la barre à gauche toute, et qu'il offre un boulevard aux Conservateurs. Les Tories, qui signent par ailleurs une performance honorable. Mais le bilan du Labour n'est pas désastreux, et le leader conserve le soutien des militants.