Cet article date de plus de dix ans.

Le militaire français s'est donné la mort samedi dans le nord du pays, selon les conclusions d'une enquête.

La Force de l"Otan au Kosovo (Kfor) a annoncé lundi que le soldat décédé samedi à Jarinje, l"un des points de passages litigieux vers la Serbie, s"était donné la mort.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats de la force de l'Otan au Kosovo, le 16 septembre 2011. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

La Force de l"Otan au Kosovo (Kfor) a annoncé lundi que le soldat décédé samedi à Jarinje, l"un des points de passages litigieux vers la Serbie, s"était donné la mort.

Le sous-officier a été blessé par arme à feu, avant d"être transféré vers un hôpital américain dans le sud du Kosovo, où il est décédé, selon les explications fournies lundi par le porte-parole de l"état major, le colonel Thierry Burkhard.

La France compte encore quelque 300 soldats au sein de la Kfor, déployés principalement dans le nord du Kosovo, qui est le théâtre de vives tensions depuis juillet. Les Serbes du nord du Kosovo, secteur où ils sont majoritaires, ne reconnaissent pas les autorités de Pristina, la capitale kosovare, et refusent qu'elles contrôlent les points de passage de Jarinje et de Brnjak, situés à la frontière avec la Serbie.

Ils ont érigé seize barricades durant le mois de septembre pour bloquer l'accès à ces deux passages frontaliers qui sont au centre de la tension. Des accrochages entre la Kfor et des Serbes ont fait plusieurs blessés le mois dernier, entraînant la suspension du dialogue entre Belgrade et Pristina entamé en mars sous les auspices de l'Union européenne. Le Kosovo a proclamé en 2008 son indépendance de la Serbie, mais Belgrade refuse de la reconnaître et considère le Kosovo comme sa province méridionale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.