Cet article date de plus d'onze ans.

Le HCR a demandé officiellement mardi à la Thaïlande de rendre visite aux Hmongs expulsés vers le Laos

Près de 4.500 Hmongs ont été expulsés lundi vers le Laos par la Thaïlande, soulevant un concert de critiques de la communauté internationale."Parmi ce groupe refoulé (lundi) se trouvent des personnes reconnues par le HCR comme ayant besoin de protection internationale", a souligné l'agence onusienne.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Près de 4.500 Hmongs demandeurs d'asile ont été expulsés lundi vers le Laos. (AFP)

Près de 4.500 Hmongs ont été expulsés lundi vers le Laos par la Thaïlande, soulevant un concert de critiques de la communauté internationale.

"Parmi ce groupe refoulé (lundi) se trouvent des personnes reconnues par le HCR comme ayant besoin de protection internationale", a souligné l'agence onusienne.

Le HCR a également appelé le gouvernement thaïlandais "à fournir des détails sur les assurances reçues de la part du gouvernement de la république démocratique populaire lao dans le cadre de l'accord bilatéral conclu entre les deux gouvernements concernant le traitement réservé aux Lao Hmong expulsés".

L'agence onusienne a demandé aux autorités de Bangkok de l'informer des mesures qu'elles avaient prises pour assurer que ces engagements du régime de Vientiane seraient "effectivement tenus".

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dit mardi regretter l'expulsion de quelque 4.000 Hmongs de la Thaïlande vers le Laos et appelé les gouvernements thaïlandais et laotien à respecter les droits de cette minorité ethnique d'Asie.

L'opération de lundi est la plus spectaculaire en nombre mais depuis trois ans, plus de 3.000 Hmongs ont déjà été rapatriés en plusieurs fois, selon les autorités de Vientiane.

"Nous appelons le gouvernement thaïlandais à stopper les retours forcés", avait notamment déclaré lundi M. Edwards un porte-parole du HCR en soulignant que "tout retour doit être volontaire".

Les quelque 4.000 Hmongs expulsés par la Thaïlande étaient jusqu'ici regroupés en camps sur son territoire et qui demandent le statut de réfugiés politiques.

Une partie des Hmongs s'était ralliée aux Américains contre les communistes pendant la guerre du Vietnam, lorsque le conflit s'était étendu aux pays voisins.

Beaucoup ont ensuite fui le régime communiste de Vientiane, au pouvoir depuis 1975, et craignent d'être maltraités en retournant au Laos.

Le Laos nie systématiquement toute persécution sur son territoire.

Les renvois de Hmongs au Laos par la Thaïlande ont débuté fin 2006. Au terme d'un accord bilatéral, le processus devait être bouclé d'ici au 31 décembre 2009.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.