Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a passé ses vacances de Noël en Libye

L'hebdomadaire Les Inrocks rapporte dans son édition de mercredi qu'Henri Guaino a passé "quatre jours et quatre nuits" autour de la Saint-Sylvestre chez l'ambassadeur de France à Tripoli à titre "privé".Cela ne constitue pas une "affaire", a estimé le porte-parole du gouvernement, François Baroin.

Henri Guaino (D) accueilli par Jean-Louis Borloo lors d\'\"un dîner de la République\", à Paris, le 9/12/10
Henri Guaino (D) accueilli par Jean-Louis Borloo lors d'"un dîner de la République", à Paris, le 9/12/10 (AFP/BERTRAND LANGLOIS)

L'hebdomadaire Les Inrocks rapporte dans son édition de mercredi qu'Henri Guaino a passé "quatre jours et quatre nuits" autour de la Saint-Sylvestre chez l'ambassadeur de France à Tripoli à titre "privé".

Cela ne constitue pas une "affaire", a estimé le porte-parole du gouvernement, François Baroin.

Lundi sur France 3, M. Guaino a regretté un "amalgame" entre son cas et les récentes affaires. "Je n'ai rencontré personne, sur le tarmac, qui m'a offert de me transporter en avion privé", a assuré la "plume" du chef de l'Etat en référence à la polémique sur les vacances de Noël tunisiennes qui ont provoqué le départ du gouvernement, dimanche, de Michèle Alliot-Marie.

"Nous avons même payé nos billets d'entrée pour nos visites archéologiques. J'ai payé notre billet d'avion", a-t-il poursuivi, avant de préciser qu'il n'avait pas rencontré d'officiels libyens. "Il faut sortir de la paranoïa, il n'y avait aucune rencontre, aucune discussion, aucune invitation officielle", a insisté Henri Guaino.

Le conseiller du président a également indiqué avoir informé Nicolas Sarkozy et le secrétaire général de l'Elysée de l'époque . Henri Guaino confie que Nicolas Sarkozy lui a alors demandé: "tiens, qu'est-ce que tu vas faire là-bas ?".

Outre le séjour tunisien de MAM, qui avait profité de l'avion d'Aziz Miled, un ami homme d'affaires réputé proche du clan Ben Ali, le Premier ministre François Fillon a lui aussi été épinglé pour avoir passé ses vacances de Noël en Egypte, à l'invitation du président déchu Hosni Moubarak.

Sur France 3, Henri Guaino a regretté un "amalgame" entre ces affaires n'ayant "aucun rapport entre elles" et dénoncé aussi le fait d'avoir été "enregistré à (son) insu" lors d'un échange téléphonique avec Les Inrockuptibles.

A lire: Les Inrocks: Le réveillon libyen d'Henri Guaino