Cet article date de plus de dix ans.

L’armée syrienne enserre le dernier quartier rebelle de Homs

Les forces du régime prétendent contrôler le quartier de Bab Amr à Homs. L’opposition fait plutôt état de combats pour empêcher l’assaut de cette zone déjà bombardée depuis plus d’un mois. Une chose est sûre : une offensive de grande ampleur est en cours.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Après 25 jours de
bombardement, l’armée syrienne avance ses troupes vers Bab Amr. D’importantes
forces s’étaient concentrées ces derniers jours autour du principal bastion de
la résistance armée au régime de Bachar al-Assad. "L'offensive a commencé
dans la nuit de mardi à mercredi, selon un responsable syrien à Damas. Le
secteur est sous contrôle. L'armée a déjà procédé à un nettoyage bloc par bloc,
maison par maison, et maintenant les soldats fouillent chaque cave et tunnel à
la recherche d'armes et de terroristes
".

Le quartier encerclé, un tunnel dynamité

Une version contestée
par Hadi Abdallah, membre de la Commission générale de
la révolution syrienne. "Les forces du régime ne sont pas entrées pour
l'instant à Baba Amr. Elles encerclent le quartier et il y a de violents
combats avec les déserteurs de l'Armée syrienne libre
", assure ce
responsable. Selon
lui "l'ASL et des militants civils sont en train d'évacuer les familles
des lieux visés par un bombardement inouï qui touche même les endroits qui
paraissaient sûrs
".

Selon Hadi Abdallah, l'armée syrienne a dynamité la principale voie de communication du quartier avec l'extérieur, "en fait une canalisation d'eau de 2700 mètres de long. Des produits alimentaires et médicaux étaient acheminées par cette route clandestine ".

"Entrer dans le quartier, c'est se faire tirer dessus de tous
les côtés" - un spécialiste de la région

Trois semaines de tirs d’artillerie
n’ont donc pas tout à fait eu raison de la résistance des déserteurs moins bien
équipés qui tiennent la troisième ville syrienne, capitale de fait de la contestation.
"Le régime croit que s'il contrôle Homs, il mettra fin à la
révolution
", commente le colonel Riad al-Assad, chef de l'Armée syrienne
libre.

Selon les
analystes, l'armée redoute une guerre urbaine. "L'armée
syrienne sait qu'entrer dans le quartier, c'est se faire tirer dessus de tous
les côtés et qu'il faudra prendre maison par maison
", explique Fabrice
Balanche, directeur du Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et
le Moyen-Orient (Gremmo), à Lyon. Selon cet expert, le quartier s’est déjà vidé
des deux tiers de ses 40.000 habitants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.