Cet article date de plus de neuf ans.

La tuerie de Newtown relance une nouvelle fois le débat sur les armes

Vers une nouvelle législation sur les armes à feu aux Etats-Unis ? Le débat est relancé à chaque fois que le pays est confronté à une tuerie. Celle de l'école de Sandy Hook est la huitième depuis le début de l'année.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Yuri Gripas Reuters)

La tuerie de Newtown va-t-elle changer la donne sur les armes aux Etats-Unis ? "Nous avons subi trop de tragédies " de ce genre,
il faut "des actions significatives " pour les empêcher. Dans son
discours
, Barack Obama n'a pas clairement évoqué le débat sur les armes, mais
ses propos semblent bien y faire référence.

Cette déclaration a fait réagir les
militants d'une législation plus ferme sur les armes à feu. C'est notamment le
cas du réalisateur Michael Moore, auteur du film Bowling for Columbine .

La huitième fusillade de l'année a également fait réagir le maire de New York. Dans un communiqué, Michael Bloomberg interpelle directement Barack Obama :"Plus que des actions
significatives, il faut des actions immédiates. Nous avons déjà entendu cette rhétorique
".
Une manière de critiquer la position de Barack Obama sur le sujet : s'assurer
que ceux qui ne sont pas autorisés à porter des armes ne puissent s'en
procurer, tout en garantissant aux autres le droit inscrit dans la Constitution
à en posséder.

Le second amendement en question

Si la tuerie de l'école de Newtown change la donne du côté
de la Maison blanche, le président devra tout de même faire avec un Congrès
dominé par les républicains. Jusqu'à présent, ses élus se sont toujours opposés
à ce qu'ils considèrent comme une remise en cause du second amendement, qui garantit le droit du port d'arme. C'est notamment le cas de l'interdiction
des armes d'assaut. Le texte a  a expiré depuis 2004 malgré plusieurs tentatives pour le prolonger. 

Didier Combeau, spécialiste de la violence aux Etats-Unis, pense que les
partisans de la libre possession des armes vont retourner les arguments
en expliquant par exemple que si l'institutrice avait été armée, elle
aurait pu défendre les enfants.Du côté des lobbys de défense des armes et du second
amendement, la réponse à chaque tuerie tient en deux éléments : ils confient leur
choc et expliquent que la solution n'est pas dans le contrôle des armes. Alan
Gootlieb, de la Fondation pour le Second Amendement, déclare à l'AFP déplorer "la
mauvaise utilisation des armes à feu
". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.