La sécheresse et la canicule subies cet été par la Russie vont entraîner une pénurie de certains produits alimentaires

Particulièrement frappés: le gruau de sarrazin, un des produits de base de l'alimentation russe, dont les prévisions de récolte sont basses et dont le prix a grimpé de 40 à 60%.Selon l'agence Interfax, une pénurie de lait devrait également se faire sentir, au moins jusqu'à la fin de l'année, entraînant une hausse des prix.

Le président russe Dmitri Medvedev affirme qu\'un quart des cultures du pays sont perdues pour 2010.
Le président russe Dmitri Medvedev affirme qu'un quart des cultures du pays sont perdues pour 2010. (AFP - Dmitri Astakhov)

Particulièrement frappés: le gruau de sarrazin, un des produits de base de l'alimentation russe, dont les prévisions de récolte sont basses et dont le prix a grimpé de 40 à 60%.

Selon l'agence Interfax, une pénurie de lait devrait également se faire sentir, au moins jusqu'à la fin de l'année, entraînant une hausse des prix.

Rien de tragique pour autant en terme de pénurie, le directeur de l'Union laitière de Russie soulignant qu'"il y a les importations et la possibilité d'amener les quantités manquantes des pays voisins".

La Russie est confrontée à une sécheresse record depuis plusieurs mois, aggravée par une canicule estivale qui a duré plusieurs semaines.

Le président Dmitri Medvedev a récemment indiqué qu'un quart des surfaces cultivées du pays avaient été perdues. Selon le ministère de l'Agriculture, le préjudice pour le secteur agricole s'élevait à environ 33 milliards de roubles (848 millions d'euros).

Dans ce contexte, l'inflation s'est accélérée depuis le début du mois d'août, une nouvelle de mauvais augure pour les autorités russes qui se targuaient depuis l'année dernière d'être en passe de maîtriser la hausse des prix.

En 2009, l'inflation s'est élevée à 8,8%, contre 13,3% l'année précédente. Pour 2010, le gouvernement table sur une inflation de 6 à 7%, mais de nombreux experts ont déjà relevé leurs prévisions.