Cet article date de plus de neuf ans.

La mairie de Johannesburg menace de couper l'eau et l'électricité... à Mandela

Une lettre menaçant de couper l'électricité et l'eau pour cause de factures impayées est arrivée le 1er août au domicile de Nelson Mandela, toujours hospitalisé. Après beaucoup de bruit et quelques vérifications, la mairie de Johannesburg s'est rendue compte qu'elle s'était trompée de destinataire. Et s'est officiellement excusée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Reuters)

C'est un "regrettable
incident
". La municipalité de Johannesburg s'excuse platement mais la
boulette est faite. Depuis quelques semaines, elle envoie des lettres au
domicile de Nelson Mandela, héros de la lutte anti-apartheid, hospitalisé
depuis deux mois
, et qui n'aurait pas payé ses factures d'eau et d'électricité.
Il n'était, en fait, pas le bon destinataire.

Meme adresse

Le journal Eye witness news
publie sur son site (en anglais) une copie de la lettre envoyée le 1er
août
chez Mandela. Madiba y est mis en demeure car il avait 15 jours pour payer 495 euros et ne l'a pas fait. Le mois dernier, une facture d'électricité de
plus de 270.000 euros avait également été envoyée par erreur au siège de l'ANC, le
parti au pouvoir en Afrique du Sud, dont Nelson Mandela est le plus illustre
membre.

L'histoire a commencé à fuiter dans les médias
sud-africains et la mairie s'est alors rendu compte que le mauvais payeur n'était
pas celui qui habitait dans ce quartier là. Les courriers auraient dû arriver dans le quartier d'Oaklands, et
non d'Houghton. "L'adresse et le numéro de compte mentionnés sur la lettre
sont ceux d'un autre client, pour une propriété dans un quartier voisin
", a expliqué le porte-parole de la municipalité. La
mairie s'est excusée dans un communiqué : "La municipalité souhaite
présenter ses excuses à la famille Mandela pour tout désagrément causé par ce
malencontreux incident
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.