Cet article date de plus de dix ans.

La Libye a imposé mercredi un embargo économique et commercial à la Suisse

Cette annonce intervient une semaine après l'apppel au djihad contre la Confédération Helvétique lancé par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.Les relations entre Berne et Tripoli se sont détériorées en 2008 lorsqu'un fils de Kadhafi et son épouse ont été arrêtés dans un hôtel de Genève et accusé d'avoir maltraité leurs domestiques.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le colonel Mouammar Kadhafi (France 3)

Cette annonce intervient une semaine après l'apppel au djihad contre la Confédération Helvétique lancé par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

Les relations entre Berne et Tripoli se sont détériorées en 2008 lorsqu'un fils de Kadhafi et son épouse ont été arrêtés dans un hôtel de Genève et accusé d'avoir maltraité leurs domestiques.

Le couple a été relâché et la justice suisse a renoncé à des poursuites lorsque les deux domestiques ont retiré leur plainte après être parvenus à une transaction avec leurs employeurs.

"Le comité populaire général (gouvernement) a décidé un embrago économique et commercial de l'Etat suisse impliquant les secteurs public et privé", dit le communiqué de Tripoli. Le communiqué indique aussi que la Libye a renoncé à des "projets d'électricités et autres" avec des entreprises suisses non précisées.

Les exportations suisses vers la Libye ont représenté 156,2 millions de francs suisses en 2009, soit 0,08% de l'ensemble des exportations suisses, selon le site du Secrétariat d'Etat suisse pour les Affaires économiques.

Le 25 février, Mouammar Kadhafi a appelé au "djihad" contre la Suisse qu'il a qualifiée d'Etat infidèle qui détruit les mosquées. "Tout musulman n'importe où dans le monde qui travaille avec la Suisse est un apostat, est contre (le Prophète) Mahomet, Dieu et le Coran", a-t-il dit.

Les électeurs suisses se sont prononcés en novembre par 57,5% pour l'interdiction des minarets lors d'un référendum soutenu par un parti d'extrême droite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.