Cet article date de plus d'onze ans.

La Corée du Nord a fêté mardi les 68 ans de son "cher dirigeant" Kim Jong-il par des célébrations populaires

Une ouverture en direction des Etats-Unis a également marqué les festivités.Kim Jong-il, dont l'état de santé semble incertain, est face à l'une des périodes les plus difficiles de son règne en raison de mesures économiques prises fin 2009 qui ont, fait rare, entraîné une certaine agitation au sein de la population.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Kim Jong-il, le dirigeant de la Corée du Nord, l'un des pays les plus autoritaires au monde. (archives) (France 3)

Une ouverture en direction des Etats-Unis a également marqué les festivités.

Kim Jong-il, dont l'état de santé semble incertain, est face à l'une des périodes les plus difficiles de son règne en raison de mesures économiques prises fin 2009 qui ont, fait rare, entraîné une certaine agitation au sein de la population.

Pyongyang doit faire face aux effets d'une réforme mal gérée de son système des devises qui a pratiquement mis le commerce au point mort, fin 2009, et aggravé les difficultés économiques d'un pays sous le coup de sanctions de l'Onu après un essai nucléaire en mai 2009.

Le "cher dirigeant", qui a succédé à son père Kim Il-sung en 1994, est sous pression pour retourner à la table des négociations où le désarmement nucléaire se négociera contre de l'aide.

Mardi, Kim Jong-il a été acclamé en tant que "commandant au rayonnement sans égal de l'époque actuelle", dans un discours du numéro deux nord-coréen, Kim Yong-nam, lors d'une réunion nationale tenue pour son anniversaire.

"Il a souligné la nécessité de mettre fin aux relations hostiles entre (la Corée du Nord) et les Etats-Unis via le dialogue et des négociations", a ajouté Kim Yong-nam, cité par l'agence de presse nord-coréenne KCNA.

Pour marquer son anniversaire, des nageurs synchronisés, des patineurs et des danseurs ont célébré la gloire de "l'invincible et généreux dirigeant", rapporte l'agence KCNA.

Sur la glace, ils ont donné des numéros comme 'Repoussez les frontières de la science' ou 'plus haut et plus vite', reflet de la volonté de fer (...) du peuple de la RPDC", a ajouté l'agence.

Négociations avec les Etats-Unis
Le règne de Kim Jong-il, au pouvoir depuis 16 ans, a résisté à l'isolement diplomatique et à une famine qui a fait un million de morts sur 22 millions d'habitants, mais la réévaluation de la devise nationale, décidée en fin d'année, et l'inflation qui en a résulté, ont suscité une agitation sociale dans un des pays les plus autoritaires.

Signe de son possible retour à la table des négociations, Pyongyang a dit être prêt à envoyer le mois prochain aux Etats-Unis son négociateur en chef pour les négociations nucléaires.

Sous le leadership de Kim Jong-il, le pays s'est enfoncé dans la pauvreté. Selon les données en provenance de Corée du Sud, malgré une récolte exceptionnelle, la production alimentaire du pays reste inférieure de 20% à ce qui est nécessaire, mais le "cher dirigeant" joue sur la propagande, la persécution et le culte de la personnalité pour tenir le pays.

Les spécialistes estiment que le régime de Kim n'est pas en danger. Le peuple nord-coréen semble accepter le message relayé par les médias officiels selon lequel les difficultés du pays sont surtout dues à l'hostilité des Etats-Unis.

Selon certains spécialistes, la Corée du Nord ne renoncera jamais à son arsenal nucléaire mais l'utilisera pour obtenir des avancées économiques en prenant des initiatives soigneusement mesurées laissant penser que le pays est en train de démanteler son programme nucléaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.