Cet article date de plus de treize ans.

L'un des plus jeunes détenus de Guantanamo libéré

L'administration américaine a libéré lundi Mohammed Jawad, l'un des plus jeunes prisonniers de Guantanamo
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le centre de détention US de Guantanamo, à Cuba (janvier 2001) (© AFP / Brennan Linsley)
L'administration américaine a libéré lundi Mohammed Jawad, l'un des plus jeunes prisonniers de GuantanamoL'administration américaine a libéré lundi Mohammed Jawad, l'un des plus jeunes prisonniers de Guantanamo

Accusé d'avoir blessé deux soldats américains et leur interprète à l'aide d'une grenade à Kaboul en 2002, l'homme a été rapatrié en Afghanistan selon son avocat, le commandant de l'armée de l'air David Frakt.

Ce dernier a précisé qu'il avait rejoint sa famille à Kaboul et devait être reçu lundi soir par le président afghan Hamid Karzaï.

"Ils le traitaient comme un prisonnier en transfert et nous avons dû leur rappeler qu'il était un homme libre", a par ailleurs indiqué l'avocat.

Le cas de ce prisonnier avait suscité une polémique car, selon ses défenseurs, il n'était âgé que de 12 ans lors de son arrestation. Le Pentagone avait contesté ce point en invoquant des examens osseux suggérant qu'il avait 18 ans lors de son envoi à Guantanamo début 2003. En juillet, la juge fédérale Ellen Huvelle avait ordonné sa libération arguant du fait qu'une grande partie des éléments retenus contre lui avaient été extorqués sous la torture.

Le président Barack Obama s'est engagé à fermer la base américaine de Cuba d'ici la mi-janvier 2010. Des avocats doutent que ce puisse être le cas dans la mesure où il reste 228 détenus à Guantanamo.

L'administration prévoit d'en juger certains devant des tribunaux américains ou des commissions militaires mais de nombreux autres devraient être extradés vers leur pays ou des pays tiers pour échapper à de possibles persécutions dans leur pays d'origine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.