Cet article date de plus de huit ans.

L'ex-président Gemayel inquiet pour la stabilité du Liban

Un ancien ministre libanais, Mohammed Chatah, a été tué ce vendredi matin dans un attentat dans le centre de Beyrouth. Il était une figure de l'opposition, membre de la coalition sunnite de l'ex-Premier ministre Saad Hariri, dont il était l'un des proches. Amine Gemayel, l'ancien président de la république libanaise entre 1982 et 1988 répond à Mireille Lemaresquier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Fadi Ghalioum Reuters)

L'ancien président du Liban, Amine Gemayel, a réagi sur notre antenne à l'attentat qui a fait 5 morts et 50 blessés ce matin à Beyrouth.

"C'est un attentat très douloureux. Et c'est je pense la stabilité de tout le pays qui est en jeu. C'est le Liban qui est visé en premier lieu.
Cet attentat s'est déroulé à la veille du jour de l'an.

  • Les Libanais attendaient avec impatience cette échéance sur le plan économique et aussi sur le plan des retrouvailles et de la convivialité. La personne qui a été visée, Mohammad Chatah, était un grand ami. Il était connu pour sa modération connu pour son ouverture. Il était une des personnes les plus dynamiques du groupe du 14 Mars* " (la coalition dite du "14-mars", hostile au régime de Bachar al-Assad).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.