Cet article date de plus de neuf ans.

L'économiste française Esther Duflo dans la team d'Obama

Une économiste française va conseiller le président des États-Unis Barack Obama sur les questions de développement mondial. Cette spécialiste de la pauvreté est titulaire d'une chaire au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et au Collège de France.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

À 40 ans, Esther Duflo va conseiller Barack Obama. Cette économiste française, spécialiste du développement, fait partie des neuf premiers membres du "Conseil présidentiel pour le développement global". Cette instance consultative a été créée en février 2012 aux États-Unis et est censée "informer et conseiller le président et d'autres responsables américains sur les politiques et pratiques américaines relatives au développement mondial ", a indiqué la Maison Blanche.

Ce Conseil est placé sous la houlette de l'Agence pour le développement international (USAID) et présidé par l'Egyptien Mohamed El-Erian, directeur général du fonds d'investissement Pimco, premier gestionnaire obligataire à l'échelle mondiale. 

Une des économistes les plus en vue de sa génération

Esther Duflo est notamment diplômée de l'École normale supérieure de Paris et du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), où elle dispose d'une chaire. Elle est également titulaire d'une chaire au Collège de France sur les "Savoirs contre la pauvreté".

Elle a obtenu de nombreuses récompenses, dont en 2010 la médaille John Bates Clark distinguant les économistes de moins de 40 ans et en 2011 la médaille de l'innovation du CNRS. Elle figurait parmi les "100 personnes les plus influentes au monde" en 2011 selon le Time, et se classait 62e dans la liste des 100 penseurs mondiaux du magazine américain Foreign Policy en 2012.

Elle défend le recours à l'expérience en situation réelle ("in vivo") en économie. "Le principe général, c'est de s'approcher au mieux de la méthode de l'essai clinique. On compare des gens qui ont bénéficié d'un traitement – dans le cadre d'un essai clinique, ce sera un nouveau médicament – et des gens qui n'en ont pas bénéficié ", explique-t-elle dans cette interview (à découvrir en vidéo ci-dessous). 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.