Cet article date de plus de dix ans.

L'Assemblée générale de l'ONU devrait donner mardi un second mandat de secrétaire général au Sud-Coréen Ban Ki-moon

Ce dernier, qui occupe ce poste depuis le 1er janvier 2007, a reçu le soutien des grands pays.Les quinze pays du Conseil de sécurité ont voté vendredi à l'unanimité leur soutien à Ban Ki-moon pour un deuxième mandat, et transmis une recommandation à l'Assemblée générale qui doit procéder ce mardi à son élection.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, le 9 mai 2011 (AFP/Mustapha Ozer)

Ce dernier, qui occupe ce poste depuis le 1er janvier 2007, a reçu le soutien des grands pays.

Les quinze pays du Conseil de sécurité ont voté vendredi à l'unanimité leur soutien à Ban Ki-moon pour un deuxième mandat, et transmis une recommandation à l'Assemblée générale qui doit procéder ce mardi à son élection.

A 67 ans, Ban Ki-moon n'a pas de rival déclaré, il est donc assuré d'être réélu pour cinq ans. Son premier mandat prend officiellement fin le 31 décembre prochain.

"Il n'y a jamais eu aucun doute" concernant sa réélection, a déclaré un ambassadeur aux Nations unies. "Il se peut qu'il ne soit pas le favori de tous, mais personne n'a de raison de l'empêcher" d'être reconduit dans sa fonction.

"Maintenant qu'il va être débarrassé du fardeau d'avoir à rechercher des appuis pour sa réélection, nous espérons qu'il aura plus de temps libre pour se battre pour les droits de l'homme partout dans le monde", a déclaré le directeur de l'organisation Human Rights Watch, Philippe Bolopion.

Dans une déclaration le vendredi 17 juin à Brasilia où il se trouvait, l'ex-ministre sud-coréen des Affaires étrangères s'est dit "profondément honoré par le vote unanime du Conseil de sécurité" et "fier de tout ce qu'[ils] ont fait ensemble". Succédant à Kofi Annan, Ban Ki-moon est le huitième à occuper ce poste depuis sa création en 1946.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.