Cet article date de plus de neuf ans.

Kenya : qui sont les shebab qui ont attaqué le Westgate mall ?

L'attaque du centre commercial de Nairobi a été revendiquée par les islamistes somaliens du mouvement shebab. Le bilan, encore provisoire fait état de 59 morts, dont deux Françaises, et 175 blessés. Que demande ce groupe somalien extrêmement déterminé ? Eléments de réponse.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Reuters)

Samedi après-midi, des islamistes shebabs somaliens armés ont pris d'assaut le centre commercial Westgate mall de
Nairobi au Kenya
. Ils ont revendiqué l'attaque quelques heures après sur leur compte Twitter :
"Les
moujahidine ont pénétré aujourd'hui vers midi dans Westgate
".

Un premier bilan fait état de 59 morts, dont deux
Françaises
et 175 blessés. Dimanche matin, le groupe détenait encore des
otages, dont le nombre est inconnu. La police kenyane tente de négocier pour
obtenir leur libération.

Pour Francis Soler, rédacteur
en chef de la lettre de l'Océan Indien , les shebab qui ont attaqué le centre
commercial semblent extrêmement déterminés. "Ils ont choisi une cible
symbolique
" où il y a beaucoup de monde, estime le journaliste,
poursuivant, "l e fait qu'ils portent des gilets par balles montrent qu'ils
ont l'intention de durer le plus longtemps possible
".

Double message

Ce centre commercial accueille
une clientèle aisée et des expatriés. En choisissant cet endroit très
fréquenté, les islamistes somaliens envoient d'abord un message au Kenya :
retirer toutes vos forces de notre pays. Depuis que les soldats kenyans ont aidé
le pouvoir somalien à les chasser de Mogadiscio, les insurgés menacent
régulièrement leurs voisins.

L'attaque est aussi un avertissement à l'ensemble du monde chrétien, juge les experts. Seuls ceux que les shebab qualifient d'"infidèles "
ont été tués samedi. Ils ont fait evacué les musulmans présents au moment de l'assaut
ayant jusqu'à la sortie, sains et saufs.

Ce double message reflète la fracture qui divise les islamistes. D'un côté les
nationalistes, ceux qui veulent faire chuter le gouvernement somalien et ses
soutiens régionaux. De l'autre, les partisans d'un djihad international qui
veulent porter le combat au-delà des frontières de l'Afrique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.